Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

NGARYNIORO 3 ANS DEJA !

Il y a trois ans de cela, j’avais créé ce blog précisément à la veille de la victoire historique aux élections du président  Obama sur Over-blog. Trois années se sont écoulées, je ne trouve pas de mots pour vous exprimer mes remerciements à tous les visiteurs notamment aux fidèles que je connais très bien.

Vos suggestions, vos encouragements et surtout vos critiques sont toujours les bienvenus. Sans les critiques bien sûr objectives, rien ne marchera dans ce monde.

Avec vous, je voudrais partager ce beau clip souvenir d’Ismaël Lô «  Afrique Suñu »,

Voir les commentaires

Un destin ami

On dit en wolof « wax mba mou diotté » (parler au moment opportun).Imagine toi, dans une forêt sauvage en pleine nuit et que tu ignores ta destination avec la soif, la faim, la chaleur ou le froid épuisent toute ton énergie, et par miracle surgit une personne pour te redonner cet espoir perdu. Comme un Docteur il t’écoute, te soigne par ses conseils d’un vrai ami qui te comprend dès le premier instant quand ton sait son caractère fait fuir parfois tout le monde même le sauveteur animé par la bonne foi.

261716_2223918954896_1155415508_32686010_7207999_n.jpg

Cela n’est pas un hasard saches que j’ai trouvé un de mes meilleurs amis de classe, d’école et de vie.

Lorsque cette chose là me frappait, m’obligeait à l’isolement avec le saignement au silence, tu fais parti des rares personnes à être là pour me poser les bonnes questions digne d’un psychanalyse pour obtenir évidemment les bonnes réponses en vue de  me donner les remèdes nécessaires. Cela m’a permis et me permet jusqu’à présent de tenir bon.

Tu as su valoriser mes passions, mes aspirations profondes avec tes encouragements très sincères. A l’école ou ailleurs, tu es toujours content d’écouter en quelque sorte la voix Rasta qu’on partage. Rebel au début, tu comprends mon manque de conformisme, même si aujourd’hui cette rébellion n’est plus impulsive, colérique, angoissante qui cherche toujours le compromis.

Un Ibrahima qui n’est pas costaud physiquement, mais un Ousseynou qui croit au combat de nos idées progressistes, et nous ne reculerons jamais  car c’est notre engagement pour la vie. Tu es des rares personnes qui croient que notre action de tous les jours n’est pas un simple amusement. Jusqu’à notre dernier souffle on se battra pour la justice, la tolérance, l’égalité, l’épanouissement de l’homme surtout on participera au développement de  l’Afrique. Loin d’être de simples mots, c’est un idéal qu’on est prêt à mourir pour paraphraser notre héros vivant Nelson Mandela. Il le faut grand.

Tu as ce privilégie d’entrer au plus profond de ma personne pour connaitre mes points forts et faibles. Cette relation conquit par la Confiance oui par la Confiance.

Dieu seul sait par nature je n’aime pas étaler mes soucis au monde car un vieux me disait mon fils heureux réjouis toi calmement car à coté ils sont nombreux, moins heureux aussi Dieu seul sait c’est une insulte pour l’autre quant il te dévoiler à son tour les plus préoccupantes au monde.

Ça te fait rires je sais en silence par mon caractère complexe, surprenant, révolutionnaire du regard  des autres avec leurs conclusions parfois hâtives qui envisagent le pire. Rien de tel assez ordinaire aimant les autres avec l’objectif Number one toujours : des relations durables. C’est pourquoi je n’ai pas cette carence d’amis Alhamdoulilahi ! Ils sont petits par le nombre et grands par leur qualité !

Encore une fois, ce n’est pas un hasard saches que j’ai trouvé un de mes meilleurs amis de classe, d’école et de vie.

From Guem Zeum  for life mouye méti mouye nekh ! 

Voir les commentaires

L'école de mon père

Pour moi, l’exercice le plus redoutable est de parler d’un être tant aimé, admiré que je considère comme Modèle au risque du dérive  vers l’idolâtrie, interdit par ma religion l’Islam. D’ailleurs, l’objectif de ce blog est de rester aussi longtemps que possible  dans l'objectif. Même si je suis l’auteur principal  qui essaie de garder toujours sa liberté en évitant biensûr la personnalisation, vous me pardonnerez de trahir cette règle pour parler exceptionnellement de mon père et son Institut privé.

0244A.jpg

Originaire de Ourossogui, dans la région de Matam (Sénégal) et des parents Alpoulaar, mon père cadet dans sa petite famille et seul à faire des études respectivement à Matam, au lycée Faidherbe de Saint louis et au lycée Blaise Diagne de Dakar où il obtiendra son Baccalauréat avant de faire ses études supérieures à l'Université de Dakar à la faculté des Sciences Juridiques et Economiques. En 1981, il décroche sa Licence en Sciences Economiques. 

IMG0243A

Il va se lancer dans la profession libérale avec quelques amis pour la création d’un Collège privé (cours moyens secondaires de 6e à la 3e) au cœur du Baol à Diourbel  en face de la gouvernance dénommé Cheikh Fall Bayou Gor (CFBG). Il y assumera jusqu’à présent la fonction Principal avec ses débuts comme professeur de Mathématiques pour finalement delaisser pour des raisons personnelles envue de se concentrer au rôle du chef d’Etablissement.

En 2013 l’Ecole fêtera ses 25 ans d’existence incha alha. Pour sa place actuelle, je reconnais l’école a perdu son rang par rapport à ses débuts que je considère comme l'Age d'or pour diverses raisons :

Pionnier dans ce domaine, d’autres écoles vont suivre Paul XI, Assane Ndiaye …;

Des parents ne peuvant plus payer la scolarité de leurs enfants, avec la situation économique difficle malgré la qualité de l’enseignement des instituts privés 

Enfin cette réforme du gouvernement éliminant le concours d’entrée en 6e. Du coup c’est la ruée vers écoles publiques qui se sont multipliées avec le régime de l’alternance nous le reconnaissons, malheureusement avec un corps professoral non qualité, inexpérimenté, composé des volontaires et vacataires qui réduit lamentablement le niveau des élèves. Nos parents  au niveau CEFF s’exprimait mieux que nous avec notre Baccalauréat. Une petite parenthèses que nous ouvridrons pour un article spécial consacré à la problèmatique de l'enseignement au Sénégal. 

IMG0245AMon père et son école ont su former plusieurs cadres ainsi le développement de notre pays en quelque sorte.

Mon père un « intellectuel au milieu » convoque toujours dans son raisonnement des aspects traditionnels et modernes. 

Un père ordinaire sur tous les plans en particulier dans son habillement, pieux, fervant croyant, un père de famille modèle, un homme d'ombre assez modeste  au service du développement de son pays.

Tout ça: c'est le témoignage expectionnel de ses anciens et nouveaux élèves que le fils exagère un peu (Rires...)

Voir les commentaires

Israël et Palestine : deux Etats c’est possible

Le 64e Assemblé Général des Nations Unies a sans doute été marqué par le dépôt officiel pour la reconnaissance de l’Etat palestinien à l’ONU, comme 194e Etat, et le refus sans surprise des États-Unis.

 drapeau-de-la-palestine-porte-par-un-enfant-palestinien

Alors quels enseignements tirons-nous de cette actualité qui nous touche.

L’oppression d’un peuple par un autre nous rappelle notre situation passée. Le continent africain était dans cette position d’opprimé. Et il a fallut des luttes parfois violentes contre le colonisateur pour obtenir l’indépendance.

Il y'a pas si longtemps en Afrique du Sud le régime Apartheid qui a fait tant de mal à la communauté noire.

Nous pensons il est inadmissible depuis une soixantaine d’années que le peuple palestinien souffrant ce conflit sous le regard impuissant de la Communauté internationale   parce que les USA sont le protecteur d’Israël malgré toutes les résolutions le disqualifiant.

C’est important de le souligner, on est loin d’être des fanatiques de la Palestine ou des anti-américains ou israéliens.

israel

En effet, pour nous  Israël par la force des choses est un Etat légitime, et que sa disparition comme le prône certains est loin de régler durablement la problématique israélo palestinien. De même la Palestine  doit être reconnue comme le 194e Etat des Nations Unies.

 La viabilité de ces 2 Etats commencera aujourd’hui par des concessions des deux parties : Israël doit cesser la construction des colonies sur le territoire palestinien et les Palestiniens devront changer de stratégie. La violence n’est pas la bonne démarche. Mahmoud Abbas a montré le chemin. Face à un adversaire aussi coriace à l’image d’Israël et son armée, la plus puissante de toute cette zone, on ne pourra le déstabiliser que par la non-violence. Gandhi, Martin Luter King et autres dans le passé ont réussi en l’adoptant. Aujourd’hui leurs rêves sont devenus réalité. C’est la voie royale.

Ce n’est pas par le suicide de ses fils et filles qui fera reculer Israël. Au contraire, à chaque violence il aura une occasion à repousser ses frontières.

Bien vrai on doit maîtriser cette question aussi sensible, complexe, problématique que depuis 70 ans voir plus les deux camps ne parviennent pas à trouver une paix durable malgré les accords importants dans le passé: Camps Davis, Oslo, Marrakech etc... avec de la violence triste où les civiles sont les grandes perdantes. Il y a aussi l'impuissance de la Communauté internationale, la position américaine qui protège à chaque fois son allié Israël, la violence des palestiniens sur Israël, le Mur de la honte, la construction des Colonies... autant de questions sauf par prétention on ne peut pas affirmer détenir la Vérité.

On aimerait tous une paix durable au proche et moyen Orient la terre des Religions révélées. 

Alors israéliens et palestiniens sont appelés à vivre côte à côte c’est notre sentiment pour une paix durable au proche et moyen Orient. Ils sont condamnés à vivre Ensemble !

Voir les commentaires

Pour des élections libres et transparentes au Sénégal !

Ca sera une grande surprise si Me Wade renonce à se présenter à la présidentielle de 2012 pour ceux qui connaissent bien le vieux et son parcours.

Oui surprise avec quelques scénarios :

  • Le Conseil Constitutionnel décide l’invalidité de sa candidature avec ses conséquences sur le pays et son parti, un plan B qu’il n’envisage nullement: orgueil, surréalisme, cupidité ou aveuglement ;
  • En cas de force majeur du président (on ne lui souhaite guère), une situation de crise au Sénégal (on ne le souhaite non plus.
  • Un putsch au sein du PDS (ça c’est leur problème pas des sénégalais)
  • Un report des élections d’une année voir deux pour permettre au président Wade de choisir son dauphin.

De notre point de vue, en dehors de ces scénarios,  Me Wade se présentera à ces élections lui face à une floraison de candidats indépendants qui auront comme seul objectif, malgré leurs parcours professionnels, se faire connaitre des sénégalais pendant ce rendez vous, et des candidats sérieux issus des grands partis organisés comme le Ps, l’Afp, l’Apr et du Rewmi.drapeau-senegal

On se prononce sur ces élections parce que en tant que sénégalais vivant dans ce pays.

Que nos hommes politiques nous excusent la politique telle pratiquée au Sénégal et un peu partout en Afrique ne garde plus sa noblesse originelle. Du pouvoir comme de l’opposition, si pour s’accrocher au pouvoir ou l’ambition de prendre ou reprendre celui-ci par le sacrifice de ce bas et innocent peuple, cette responsabilité morale et juridique leur suivra toujours. Le pouvoir judiciaire doit se saisir légitimement comme dans tous les pays qui aspirent aux droits universels pour juger en dehors de toute impunité cette minorité qui ne cherchera pas de paix dans ce pays connu pour sa stabilité et sa maturité politique.

Si le Sénégal se retrouve dans la violence avant, pendant et après les élections par la seule volonté d’une minorité d’hommes et de femmes politiques, la justice devra faire son devoir. On ne doit pas accepter le bonheur d’une minorité pour  le malheur de l’immense majorité qui n’aspire qu’à être gouverné par  des hommes intègres, éclairés, responsables, et qui tiennent leurs promesses. C’est très important à notre avis

Nous appelons solennellement aux acteurs politiques, sociétés civiles, mouvements de soutien ect… à travailler pour des élections libres et transparentes en Février 2012 au Sénégal au delà partout ailleurs en Afrique.

 

Voir les commentaires

Ethique et les affaires

Il ne suffit pas seulement de faire de longues études pour être un grand homme d’affaires. En effet, en donnant une oreille attentive et des yeux un peu ouverts à des gens qu’on se dit « illettrés », "banabana" et  on se rencontre : sortir dans une grande école de commerce ou un université de renommé ne nous fait ce grand  business man.

Notre président M. Wade en estune parfaite illustration avec tous ses diplômes en poche faisant de lui l’homme le plus diplômé parmi ses pairs n’a rien servit car il est incapable depuis 10 ans de booster le pouvoir d’achat des sénégalais, de réduire les prix des denrées de première nécessité qui se sont multipliés par 5 voir plus pourtant lui ce professeur d’économies avec tenez-vous bien une fameuse formule à lui.

Depuis quelques années, on commence à enseigner l’éthique et le management dans les écoles de commerce comme la notre. Au finish mes camarades étudiants dans leur majorité sorte purifiés dans leur âme en y croyant comme Dieu de l’appliquer à la lettre une fois aux affaires en omettant une chose, des pratiques peu éthiques sont parfois nécessaires pour ne pas dire normales.

Les affaires dans une certaine mesure sont dénuées de moral avec deux exemples palpables:

Le marché de l’ognon au Sénégal avec une politique gouvernementale visant à protéger les producteurs locaux en suspendant d’une période donnée les importations en vue d’écouler leur produit, le consommateur local dans une analyse micro économique va chercher à maximiser sa satisfaction avec le minimum de ressources. Donc on voit bien qu’il n’achète pas toujours le produit pour aider ses producteurs. Il cherchera plutôt à trouver la qualité avec le moindre prix offert sur le marché. Par contre c’est aux politiques de les subventionner par des moyens matériels comme les tracteurs, les engrais avec en amont des formations adéquates à l’image du producteur américain, européen ou chinois, dans une économie globalisée marquée par la compétitivité  et la concurrence parfois féroces.

Enfin, face aux APE (accords de partenariat économisue) on a vu le tolet des fervents défenseurs des pays en développement qui dénonçaient un commerce inéquitable, deux poids deux mesures. Même s’il y a une immortalité dans tout cela, les dirigeants  européens sont élus pour satisfaire leurs citoyens, maintenir leur position dans l’économie mondiale, protéger leur marché par différentes stratégies. En aucun cas ils ne chercheront à développer l’Afrique à notre place parce que Sarkoky, Obama ou Hu Jintao aime sincèrement ce continent.

Alors n’est-il pas normal pour nos dirigeants de faire de même ? Si tu me comprends bien la ruse fait partie intégrante du business mais est-elle toujours éthique !

Voir les commentaires

L’espoir d’une crise pour l’Afrique !

Va-t-on vers une nouvelle crise économique mondiale comme celle de 2008 ? En tout cas, tous les indicateurs nous laissent penser que Oui !

Aux Etats unis, malgré une croissance apathique, depuis l’arrivée de l’administration d’Obama et le vote inextrémiste cette semaine du Sénat américain, avec une vive opposition parfois même du camp démocrate, d'alleurs Il a fallu faire plusieurs concessions pour son adoption, du projet visant à éviter le défaut de paiement de la première puissance économique mondiale, vient s’ajouter cette longue crise de l’Euro qui a commencée avec la crise grecque.

p10_bourse100789702_-600_x_600-.jpg

Conséquence, cette semaine les grands marchés financiers ont affichent une grise mine (Wall street, Cac40 et Tokyo), dans ce climat d’urgence qui n’assure pas les investisseurs.

Seul l’Afrique est épargnée  comme en 2008 pour une et simple raison: sa part dans le système financier mondial est très faible. Et si la crise persiste, la zone africaine va la subir davantage. Il n’est pas sans savoir, les grands projets de développement sont financés par les bailleurs de fonds européens, américains et asiatiques. En sus, les transferts de fonds des immigrés africains comme en 2008 avec la crise des subprimes vont chuter considérablement.

De ce fait, notre croissance aussi faible mais soutenue depuis quelques années se dissipera cette fois-ci pour longtemps.

actualite-1530_0-copie-1.jpgPour y faire face, nous pensons il faudra réflechir sur d’autres alternatives en serrant bien sûr les coudes par exemple : accélérer l’intégration économique de nos zones, créer une monnaie unique et forte africaine, répandre  l’exemple du Ghana dans toute l’Afrique, bonne gouvernance, des institutions fortes, ensemble mieux négocier dans les instances internationales comme le Fond Monétaire International, la Banque Mondiale, l’Organisation Mondiale du Commerce etc, se battre pour au moins un siège permanant au Conseil de Sécurité de l’Onu. La liste n’est pas exhaustive.

L’Afrique a tous les atouts pour décoller dans cette économique mondiale qui a montré ses limites. Nous devons plus regarder avec complexe ces économies aussi florissants mais en perpétuel crise car à des intervalles très courts depuis 1989, le début de la mondialisation avec la toute puissante du capitalisme et  aujourd’hui avec ses différentes crises.

Il est temps que l’Afrique réfléchisse sur une nouvelle idéologique économique originale. L’Afrique n’a jamais était aussi dans une situation confortable. Réfléchissons ensemble pour que ce continent décolle enfin dans ce climat de chaos du système financier et économique mondial.

Voir les commentaires

Bamba Dieye entre dans l'histoire et Wade ?

La scène s’est déroulée hier après-midi devant les grilles de l’Assemblée Nationale du Sénégal. Un Monsieur avec son bandeau des couleurs de la Nation qui descend discrètement dans sa voiture et le vigile ne lui prête pas attention. On dirait il est un habitué des lieux. Tout à coup le bruit court vers ce lieu et les regards s’y tournèrent. Une discussion houleuse, des échanges parfois même violents entre le vigile et les compagnons de ce Monsieur. C’est Bamba DIEYE, le débuté sénégalais, maire de Saint Louis, leader du FSD/BJ et candidat à la présidentielle de 2012 qui s’est enchaîné aux grilles de l’Assemblée.

bamba

Le soir sous tous les bouquets et surtout l’internet, l’image fait le tour du monde.

Il était venu protester contre cette loi diabolique par des armes pacifiques visant en quelque sorte à supprimer le 2e tour présidentiel. Car cette loi permet à 25% seulement d’être le Président de la République et en parallèle la nomination du Vice président.Pari réussi, je pense tout le Sénégal a apprécié à sa juste valeur ce geste symbolique qui combat contre le mal politique. Loi diabolique dans la mesure où Wade et son camp savent bel et bien que les sénégalais leurs ont tourné le dos. Partout au Sénégal, cette conscience est partagée. Et tous sont très impatients d’être le 26 Février 2012, le jour de l’élection pour participer à la fin du régime libéral.

Maintenant, ils sont désespérés et chercheront par tous les moyens à se maintenir au pourvoir par la loi et je pense ils vont recourir par la force.

Jamais le Sénégal n’a été sous surveillance policière. Même avec l’armée, ma conviction personnelle est le soulèvement populaire (nous le désirons guère, pas aujourd’hui,  ni demain pour notre pays) est une arme puissante. Regardons les régimes très policiers des pays arabes pourtant il a eu bel et bien le Printemps arabe. Wade même a vu ça de ses propres yeux avec son ancien ami qui lui souhaitait un jour ici à Dakar Président à vie. Le pouvoir lui échappe petit à petit. Même si danscette histoire on est de tout cœur avec Kadhafi contre l’injustice des puissances occidentales.

arton1756-efcd6

Ce 21 Juin 2011 restera graver à jamais dans les annales de l’histoire politique du Sénégal.

Me Wade nous vous invitons à sortir par la grande porte et l’histoire vous glorifiera certainement. L’alternance n’est pas une fin en soi mais un éternel recommencement pour reprendre les mots du Sage Kéba Mbaye. Il faut l’accepter pour le bien de la santé démocratique. Vu ton âge, Me Wade vous devrez vous comporter comme le gardien, le sage de la Constitution au lieu d’être aveuglé par les appels de tes lieutenants. Vous vous battez maintenant pour eux.

Monsieur le Président, la balle est dans votre camp pour retirer ce projet visant à modifier la constitution pour des raisons électoralistes, donc infondées pour la Paix, la Stabilité de notre grande Nation.

UN PEUPLE, UN BUT, UNE FOI

Voir les commentaires

Vers un progrès sociétal africain !

En un moment donné de notre existence, nous serons dans l’obligation de prendre une décision positive ou négative, et il nous suivra toujours.

Si certains sont doués ou chanceux à prendre les bonnes, d’autres par contre sont malchanceux. Il n y a pas une formule magique car après tout ça arrive à tout le monde. Devant l’échec, on se cache derrière la volonté divine surtout pour les fervents croyants, pour d’autres on se culpabilise derrière l’ignorance.

Alors a-t-on toujours besoin de prendre une bonne décision en se refusant d’avance de se tromper par exemple avant le mariage ?

Cette question qui transcende entre le mariage et le choix m’inspire d’un regard sur notre société traditionnelle. S’il n’est pas toujours facile de mettre une table rase sur le passé de générations bâtit par nos anciens et qui fait notre fierté car elle a su maintenir une paix sociale, une harmonie, le commun vouloir vivre, le respect des principes de base accepté par tous, n’empêche on ne peut réfléchir à son amélioration, sa perfection. Si cela a bien marché pour nos anciens, nous cette nouvelle génération, nous sommes confrontés à un monde en pleine expansion, des bouleversements techniques, technologiques, économiques, politiques ect… où le comparatif nous a permis ou nous permettra d’être en phase avec l’évolution en cherchant seulement le positif en vue de corriger nos cultures négro africaines pour sa perfection bien sûr sans toucher aux fondamentaux.

En se référant à des exemples concrets, en Afrique noire, par exemple, un jeune devant des gens âgés n’a ni le droit de dire ses pensées même si elles sont positives. Cela est très mal vu surtout s’il se trouve qu’il a raison. Moi j’y vois un orgueil des anciens à cacher leur imperfection. Ils s’obstinent à vouloir toujours détenir la vérité. Ni le droit de soutenir son regard face à un ainé. La coutume voudrait qu’il baisse ses yeux. D’ailleurs un ami me disait nos dirigeants élevés dans cet environnement ne feront jamais de poids l’hors des négociations, des rencontres avec leurs homologues occidentaux. Pour nous africains c’est pratiquement impossible sauf le Mali car ils s’habillent généralement en occidental. Même si je ne juge pas cette attitude comme complexe mais plutôt un fruit de leur éducation occidentale.

Encore une fois, devons nous pas réfléchir sur notre culture dans un contexte de mondialisation ou s’immobiliser sur un passé aussi glorieux qu’il soit apparemment n’a plus sa raison d’être.

En outre, les asiatiques, les indiens, les arabes se sont développés sans renier à leur culture où l’hors des sommets internationaux comme le G8 ou le G20, même le profane peut reconnaitre facilement le représentant de ses pays émergents rien que par l’habillement.

C’est pour quoi je ne me range pas derrière l’assimilation aveugle, mais le progrès. C’est mon sentiment en tout cas.

Voir les commentaires

Phénomène de lutte au Sénégal

Un week-end ne passe sans qu’on assiste à un grand combat de lutte au stade Demba Diop, à Iba Mar ou ailleurs.

Toujours l’enthousiasme est au rendez vous ! Les supporters ou amateurs concourent à dominer sur le plan de l’ambiance leurs adversaires sur le stade ou en dehors, devant le petit écran ou le poste de radio. Cela découle, comme on l’a assisté il ya trois semaines de la violence entre eux qui a vu la mort triste d’un.  Pour éviter que ces événements malheureux ne se reproduisent, les autorités chargés de cette structure, le CNG ont pris des mesures drastiques. Le CNG a raison dans la mesure où la lutte c’est notre sport national et ne doit aucunement véhiculer une image négative si on espère son exportation. N’oublions pas qu’elle fait partie de notre Téranga, notre hospitalité. La lutte fait partie de notre patrimoine national.Lutte_senegalaise.jpg

Ayant compris cet engouement, aujourd’hui la lutte est devenue un véritable business. Les sponsors comme Orange ou Tigo aident financièrement les promoteurs à organiser les grandes affiches avec des centaines de millions par lutteur. Chacun veut avoir de grand combat à son compte. C’est pas par hasard qu’il y a plus de licencier au Sénégal dans tous les sports réunis. Le matin tôt au bord des plages ou la nuit après le crépuscule des milliers de lutteurs s’entrainent comme des gladiateurs ayant à l’esprit le combat de la fin, du  siècle.

Etre un lutteur est devenu une réussite sociale au même niveau que le footballeur, le Haut fonctionnaire de l’Etat, le Doctor, le professeur d’Université, le Chef d’entreprise

Ca devient aussi une affaire de quartier, de ville. Certains même avancent sur le terrain glissant de l’ethnie ou du religieux pire selon moi que cette violence qu’on a évoqué en haut.

Avant, pendant et après les combats, les discussions sur les places publiques deviennent unique sujet. Parfois des injures fusent, on mise de l’argent, pire des titres fonciers. D’autres n’hésitent pas à jurer devant Dieu. Les marabouts aussi font leurs affaires avec les mystiques. Les petits commerçants vendent comme des petits pains les photos en somme des objets qui renvoient aux lutteurs. On se rappelle tous de ce fameux bonnet blanc de Modou Lô. Le public s’identifie à leur idole. Les médias réservent une grande partie à la lutte avec des émissions qui n’en finissent guère car qui accrochent le public. Un fait divers sur un lutteur, un contrat signé, les journaux sont assurés de vendre leurs écrits.

Beaucoup de choses restent pour décrire de la manière la plus exacte ce phénomène mais moi j’ai retenu une chose pour citer Kéba Mbaye l’hors de sa leçon d’inaugurale à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar aussi « cherchons à avoir de grands médecins, de grands ingénieurs, de grands professeurs, de grands spécialistes de l’économie et des finances et même des savants. »

C’est le Sénégal qui gagnera !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>