NGARYNIORO ( Ibrahima Sall )

Articles récents

Côte d'ivoire: Tristement Afrique !

6 Avril 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de gueule

Nous avons toujours crus à la démocratisation de l’Afrique en tant afro optimiste, son développement qui passera inévitablement par sa stabilité politique. Et sans intégration sur tous les plans, ce continent ne sera à jamais à l’image des zones émergentes comme la Chine, l’Inde ou le Brésil.

Malheureusement, les événements en Côte d’Ivoire nous laissent croire que le chemin risque d’être long et pénible. Après la balkanisation du continent en micro-états, la vague des coups d’Etat dans les années 80 et l’omniprésence de la France-afrique, l’espoir était permis depuis que la démocratisation faisait son bonhomme de chemin par ci par là. Les partis uniques et cette génération d’hommes politiques soumises à l’occident, les vestiges de cette époque post indépendance, avaient presque disparu. Tout le monde pensait que l’Afrique pouvait enfin décoller, que nous avons pris nos destins en main. Malheureusement, on donne une occasion à nos maîtres d’hier de s’immiscer dans nos affaires. Actuellement, la majorité des africains trouve ironiquement légitime l’intervention des forces républicaines de Alassane Dramane  Ouattara armée par l’ancienne puissance coloniale, la France. La faute à qui ? Bien sûr au président Laurent Bagbo qui n’a pas voulu respecter la volonté de son peuple dans des élections libres. 

Dans cette histoire, tout le monde avait cru à la mort de la  France- afrique avec ses réseaux d’influence puissants pour sauvegarder leurs seuls intérêts. Elle avait perdu toute sa crédibilité depuis la vague de démocratisation en Afrique, le réveil de la  Chine et  des pays émergents, anciennement du Tiers monde qui commencèrent à entretenir des relations directes et franches avec nos états africains  pour sortir de leur situation de sous développement, enfin les Etats unis ont commencé à privilégier des relations économiques avec des pays qui feront des efforts démocratiques comme le Ghana. L’Afrique était bien partie avec un taux de croissance qui s’améliorait au fil des années. 

Si les Français arriveront à déloger Laurent Bagbo, à entendre Alain Jupé, Ministre des Affaires étrangères français qui affirme : «  les heures de Laurent Bagbo sont à compter » sur RFI, on ne peut que soupçonner la main de cette puissance étrangère dans les affaires après l’installation de Alassane Ouattara.

L’impuissance de l’Union Africaine (UA) dans cette situation nous interpelle: comment une organisation qui se respecte avec tous ses pouvoirs jouent les seconds rôles dans cette crise qui a durée des mois ? Sommes-nous toujours victimes de la Balkanisation ? Si le président sénégalais prend une décision, il est jugé pour son « sénégalité » et non la cohérence ou l’incohérence de son discours. J’en suis sûr à cause de ces considérations bon nombre de  présidents n’ose pas dire leur sentiment sur la situation en Coté d’Ivoire par peur des représailles de la part de  leurs ressortissants.

Tristement Afrique !

Lire la suite

Une marche est légitime !

15 Mars 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de gueule

S’il ya un qui n’aime pas Sidy Lamine NIASSE, le patron du groupe de communication Walf c’est bien moi pour une et simple raison : ce Monsieur est un grand  donneur de leçons. Il pense être le plus intelligent des sénégalais. Il se range derrière sa télé ou radio pour se permettre de tout. Vous aussi certainement vous avez vos raisons personnelles de divergence avec cet homme.

Pour autant, cette image fausse qu’on lui donne est une pure fabrication du gouvernement et de sa famille médiatique. Je pense Sidy dérange parce que son groupe est le seul qui se pose véritablement comme seul contre pouvoir par des moyens dérisoires. Le groupe walf se place comme leader ou challenger face à la RTS malgré ses puissants moyens. Quelle que soit notre position, si vous pensez affaiblir le group walf à travers son patron financièrement, politiquement et moralement serait une erreur stratégique.

Si vous avez une bonne mémoire, sans ces médias libres et indépendants dans notre pays, il n y aurait jamais eu d’Alternance. Si la campagne de Diouf a échoué tout simplement il était déconnecté des aspirations profondes du peuple. Tout le monde se rappelle de la surprise de Diouf lorsqu’il déclarait ne pas être au courant le café et le lait se vendaient en détails dans les boutiques. Dans son palais, il était en permanence manipulé par son entourage. La propagande à court terme est très efficace mais à long terme je ne suis pas sur. Il n’a pas vu venir l’Alternance. La conscience collective sanctionna le Ps de Diouf et compagnies.

Pour le régime libéral, Wade doit se réjouir d’avoir une presse libre et indépendante comme walf qui donne la voix aux mécontents de l’Alternance surtout à l’échéance électorale. C’est un risque de vouloir étouffer cette voix populaire.

Quant aux patrons de presse et leurs journalistes, salir la profession pour des raisons concurrentielles est tout sauf la déontologie. Il est indigne qu’on se moque d’un homme de presse qui a  beaucoup fait pour la  profession. Comme tout citoyen il a le droit de faire sa marche où il veut et quand il veut. La force doit rester à la loi. Et la loi lui autorise bel et bien si on se réfère à la constitution. Même dans les grandes démocraties, surtout votre profession s’inspire de la France. Dans ce pays, si un journaliste écrit du n’importe quoi, au nom de la liberté d’expression, tous les journalistes vont se mobiliser pour soutenir ce principe.

Demain ça serait peut être 2stv ou Tfm. Le pouvoir étatique n’a pas d’amis mais que des intérêts. Encore une fois je ne suis pas un fanatique de walf et son directeur, mais par principe je suis à ses cotés. Alors du retenu et pas d’exagération. 

Lire la suite

L'école du Caméléon

12 Mars 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Dans un discours Amadou Hampâté Bâ, le sage nous livre ici une vraie leçon de conduite de la vie comme à son coutume.

Le caméléon est un très grand professeur.

Regardez-le

Quand il prend une direction, il ne tourne jamais la tête. Faites comme lui. Ayez un objectif dans la vie et que rien ne vous en détourne.

Le caméléon ne tourne pas la tête mais c’est son œil qu’il tourne. Il regarde en haut, en bas. Cela veut dire : informez-vous. Ne croyez pas que vous êtes le seul sur la terre.

Quand il arrive dans un endroit, il prend la couleur du lieu. Ce n’est pas de l’hypocrisie. C’est d’abord de la tolérance et puis du savoir-vivre. Se heurter les uns les autres n’arrange rien. Jamais rien n’a été construit dans la bagarre. Il faut toujours chercher à comprendre l’autre. Si nous existons, il faut admettre que l’autre existe.

Si le caméléon avance, il lève un pied. Il balance ? Cela s’appelle de la prudence dans la marche.

Pour se déplacer, il accroche sa queue ainsi si ses pieds s’enfoncent, il reste suspendu. Cela s’appelle assurer ses arrières. Ne soyez donc pas imprudent.

Lorsque le caméléon voit une proie, il ne se précipite pas dessus mais il envoie sa langue. Si sa langue peut lui ramener, elle lui ramène. Sinon, il a toujours la possibilité de reprendre sa langue et d’éviter le mal. Allez doucement dans tout ce que vous faites.

Si vous voulez faire une œuvre durable, soyez patient, soyez bon, soyez humain.

Voilà. Si vous vous trouvez dans la brousse, demandez aux initiés qu’ils vous racontent la leçon du caméléon.

 

 

cameleon-orange.jpg

Lire la suite

Etats généraux de l'énergie au Sénégal, revendication populaire

22 Février 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de gueule

Hier, je rentrais chez moi suite à mes courses à Ponty, prés de la place de l’Indépendance, Boulevard Léopold Sédar Senghor. Il faisait une chaleur de plomb. Moi qui a grandi au Baol, cette chaleur ne m’a guère perturbée. Tout simplement, le thermomètre à Diourbel tourne au tour des 40 degré la journée..

Je me rappelle au Collège, nous marchions défaut de car ou taxi, une distance de 4 kms matin ou soir, pour espérer être bien avant l’heure. Inutile d’être un bon mathématicien pour savoir que le chemin le plus court mène toujours vers la ligne droite. Et la brousse en était pour nous. A l’arrivée, nos jambes poussiéreux, la sueur mouillé nos habits, et on rentrait en classe sans ventillation  avec des zincs sur le  toit.

Ces conditions insupportables, la population dakaroise est entrain de vivre cela avec les bruits incessants des groupes électrogènes.  Visiblement, les commerçants courageux, fiers sont alignés parfois mobiles tout au long des trottoirs, avec des emmerdements journaliers des jeunes volontaires de la ville de Dakar qui confondent leur rôle citoyen de remettre les gens dans leur place pour dégager la voie publique à des tentations autoritaires. Chacun essaie de crier à haute voix pour se faire attendre dans ce climat boursier à la crié. A ma gauche, j’aperçois des clients qui sautent sur une fille pour lui arracher ses crèmes glacés à moitié. A ma droite, le cireur qui se cache sous un abri de carton pour se rafraichir. 

J’image l’angoisse de ses journées d’enfer. J’imagine mon cousin tailleur Samba qui n’a pas malheureusement les moyens pour s’acheter un groupe d’électrogène. Il ne va pas honorer ses engagements, ses commandes à temps. J’imagine cette mère de famille qui voit ses légumes, poissons… pourrir parce que le frigo d’habitue bavard est devenu depuis quelque temps timide. J’imagine le père de famille qui voit sa facture doublée alors le compteur ne marche que 4 heures par jour. Une escroquerie où la justice se tait. Un silence généralisé, peur ou fataliste ? J’imagine le taximan qui voit le litre de gasoil triplé au point de voir sa recette quotidienne chuté vertigineusement. J’imagine le jeune qui veut voir la lutte ou la league des champions quitte d’un quartier à un autre pour suivre un match nocturne avec des projecteurs qui éclairent comme le jour. J’imagine le cri silencieux du peuple. Je me désole de ses lieux publics sans les citer en éclairage continue.

Chaque pouvoir nous promet depuis 20 ans de rétablir la situation mais en vain des échéances qu’on  repousse à chaque fois. Alors respectez le peuple, le pouvoir comme l’opposition, l’ancien régime comme l’actuel. Pour nous la responsabilité est partagée. C’est pourquoi il est urgent d’organiser ensemble des états généraux de l’énergie. Ils doivent accepter  sans condition de s’assoir sur une table et taire leur pratiques obscènes, politiciennes. Le Sénégal n’est pas la Tunisie ou l’Egypte c’est vrai. Mais la situation risque de vous échapper. Une révolution est toujours imprévisible. Alors fait attention.

Lire la suite

Écrivain, un rêve !!!

8 Février 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

L’écriture a été toujours pour moi un moyen de divaguer librement ma conscience. Mon rêve de tous les jours est de devenir un grand écrivain pour partager mes sentiments négatifs comme positifs dans un livre à d’autres individus, d’autres horizons.

Cependant, à chaque fois que j’essaie de passer à l’acte un obstacle, un blocage, et je deviens immobile devant mon carnet ou écran. Aucune idée ne vole dans mon imagination. Pourtant, j’avais bel et bien un frémisse du départ. Ne sachant quoi faire, je me retrouve colérique pendant des heures. Là je découvre toute mon ignorance. Mon seul envie est de pleurer à haute voix.

Pourquoi le génie de l’écriture ne me rend pas visite même pour une bonne petite heure en guise d’ouverture  du secret d’un grand roman. Les angoisses de mon  manque d’élan seront-elles réglées un jour. Les questions commencent à fuser et tournent autour d’une grande est bonne: es tu assez passionné ? Incontestablement c’est la passion et le savoir faire.

Le chemin sera long pour moi. Il me faudra parcourir les grands livres, interroger ses auteurs et voir leur méthodologie, bien sûr si je veux arriver à mes fins. C’est la seule voie. Aussi je ne peux pas écrire un grand roman sans maitriser le français. Mes lacunes sont à corriger. Par contre  je garderai mon style qui est ma personnalité propre. Je garderai toujours ma liberté de pensée. Je ne chercherai à plaire à  personne ni à refuser la sympathie des autres. Je serai le petit Alpoular avec mon accent particulier négro africain qui essaie d’écrire sur cette belle langue étrangère que partage des millions d’individus sur la planète. Mon écriture ne s’éloignera pas de ma vie. En fait mes personnages seront le reflet de mon imagination du monde. 

Si amener les gens à surpasser par des rêves s'avérera efficace alors j'expérimenterai à la hâte sur mon peuple: Mama Africa. Il soulèvera des montagnes grâce à ma volonté dans ce sens. 

Clic sur j’aime si tu crois à ma passion d’écrire. 

Lire la suite

Album souvenir

21 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Lire la suite

Album souvenir

21 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

 

Lire la suite

Le clientélisme bête noir des jeunes diplômés sénégalais

14 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de gueule

Pour des raisons précises, j’ai longtemps hésité à évoquer ce sujet : la difficulté des jeunes diplômés à trouver  leur premier emploi. C’est parce que aujourd’hui, j’ai plus honte à taire ce silence qui nous tue. Oui la plus part des jeunes n’en parle jamais publiquement. Moi je le fais ici au  lieu pour le clamer. Ce n’est que la « voix des sans voix ».

Suivant l’actualité, nous notons depuis quelques jours des manifestations de la population tunisienne contre le régime de Ben Ali. Deux aspects attirent notre attention :

  • la Tunisie est toujours considérée comme un modèle économique ces dernières années
  • la gronde vient en grande partie des jeunes diplômés.

Toujours selon l’actualité, le phénomène des jeunes diplômés à insérer le monde du travail est visible en Chine, en Europe, au USA… un investissement couteux et une rentabilité nulle.

Chez nous aussi on remarque bien avant le même phénomène mais une particularité qui fait la grande différence. Le clientélisme hérité depuis l’indépendance bloque les jeunes qui ne sont pas dans le système. Si nos entreprises ne sont pas compétitives au niveau international cherchons à ce niveau comme réponse. Par contre Les entreprises américaines, chinoises, européennes  ont compris pour avoir un poids dans la mondialisation, il faut être flexible, compétitif, seul le résultat compte. Cela passe impérativement par le recrutement des meilleurs. Nous en Afrique, nos dirigeants du secteur public comme privé savent contourner les règles pour recruter leur personnel nécessaire suivant des liens de parenté, d’amitié etc. Face à la mondialisation,  les occidentaux ont compris l’éthique de recruter les meilleurs non à des considérations émotives mais à celles objectives. J’image l’angoisse de nos chefs d’entreprise s’ils s’écartent de ce système. Si aujourd’hui nous ne décollons pas faut pas voir loin. C’est ça notre maladie, notre défaut. Continuons à pratiquer ces pratiques pour attendre que le pays soit émergent. Je ne le pense pas. Et j’attends avec impatience celui qui va me démontrer le contraire.

Moi je suis étudiant et prépare mon Master 1 en Finance dans une école de commerce à Dakar (Supdeco). Je n’ai pratiqué aucun stage indépendant de ma volonté malgré les multiples demandes. Pour autant je ne me considère jamais comme incompétent. Mon seul soucis; est ce fait tout ce qu’il fallait dans la légalité ? Je n’ai aucune haine aux entreprises qui n’ont pas répondu favorablement à mes demandes. En fait c’est le système qui ne nous aide pas. Par principe : les meilleurs méritent d’être devant pour pousser tout le monde et rester toujours dans la légalité. Une demande de stage, d’emploi est un processus interne à l’entreprise.

Ayons la culture de méritocratie à tous les niveaux.

Cherchons à appliquer un système pour favoriser le rêve africain.

Aussi dur, n’éloignons nous jamais de l’éthique. Si on bafoue cette règle, notre dignité sera remise en question.

Seul le travail paie, alors continuons à travailler dans la dignité, un jour viendra les entreprises vont nous  draguer.

Lire la suite

Mariage au Fouta

5 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

.

 

 

Lire la suite

Reflet

3 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Je ne sais pas quelle personnalité peut on me définir, mais pour moi je revendique sans complexe c’est celle de l’association de deux êtres qui sont TOUT pour moi, et moi aussi je ménagerais aucun effort pour leur redonner le meilleur de moi même: Il s’agit de mon père Oumar SALL et de ma mère Bineta Malal DIALLO. 

 Je le dis souvent sans me lasser : j’ai la chance de vous avoir comme Père et Mère. 

De mon Père, j’ai reçu l’envie de me battre dans la vie en sachant que rien n’est acquis et surtout ne compter que sur vous-même. L’espoir n’est pas les autres mais vous-même. Il l’a toujours fais pour sa famille en tant que chef de famille c’est notre HEROS.

De ma Mère, j’ai reçu l’éducation, la patience, l’humanité enfin la dignité avant tout. Je me permets de suivre les pas de mon guide spirituel El Hadji Oumar Foutiyou TALL en disant « j'ai laissé beaucoup d'hommes, semblables à mon père dans le Fouta, mais je n'ai pas laissé de femmes comparables à ma mère ». Elle est UNIQUE pour moi.

Chacun doit être l'ambassadeur de ses parents. Je terminerais en disant Oh !!! Que mes deux mentors ont des défauts comme tout le monde pour rester dans l’objectivité.

Par ailleurs, le plus important est leur responsabilité accomplie sans faille. En tout cas c'est notre opinion. 

aaa-copie-1

 


Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>