NGARYNIORO ( Ibrahima Sall )

Articles avec #coup de coeur tag

Et si l'Afrique acceptait le Développement ?

26 Août 2012 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

« Et si l’Afrique refusait le Développement » c'est un livre célèbre d’Axelle Kabou publié en 1991,  une vingtaine  d’années sous forme de questionnement.

En 2012 qu’en ait il exactement ? Objectivement beaucoup de choses ont évolué dans le bon sens même si le chemin vers le Développement est si loin. La croissance africaine selon les statistiques est très encourageante surtout pendant cette période de crise ou nous faisons la différence. Certains pays comme l’Afrique du Sud, le Nigéria etc… font parti maintenant des pays  émergents. Les entreprises africaines commencent à s’internationaliser. Le secteur de la Santé aussi a fait de grands bonds en avant. Beaucoup de maladies sont vaincues ces dernières années. On peut dire même les objectifs du Millénaire sont atteints à moitié. Le Sida, le Malaria, la Tuberculose etc... continuent de faire des ravages c’est vrai. Sur le plan des infrastructures, l’Education on peut trouver des choses concrètes. Sur le plan de la démocratie, nous constatons moins de coup d’Etat et que les dirigeants commencent à gouverner selon la volonté populaire.

Cependant, nous continuons à subir la Mondialisation : un commerce non équitable, une compétition déloyale. Sur le plan de la Technologie des retards énormes sont notés. Quant on sait que la Recherche et développement coûte des sommes astronomiques aux Etats ou multinationales rien pour être à l’avance dans l’innovation. Le taux de chômage est toujours élevé surtout dans ma jeune génération. Une petite entre parenthèse gardons toujours la dignité. La dignité avant tout.

L’histoire nous a donné des hommes mauvais comme Mobutu,  Bokassa… aussi des bons leaders comme Mandela, Sankara…

Bref personne ne pourra développer ce continent à notre place. Pour moi ce qui manque à l’Afrique n’est les hommes compétents mais comment les utilisés sur le terrain économique, social,  culturel, pour mieux faire face à la Mondialisation. La chance de l’Occident par rapport à nous c’est le respect du Principe : l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Nous constatons malheureusement dans tous les secteurs d’activité la politique, la famille prime sur la promotion des gens qui sont dans ce cercle très restreint.

Le développement c’est avant tout le changement des mentalités. Il faut que nous ayons une conscience collective pour aller de l’avant. Mettons de côté le folk à la place le travail.  

Lire la suite

Ramadan de paix !

22 Juillet 2012 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Nous profitons de ce mois bénis du Ramadan pour souhaiter à toute la Houma musulmane un monde meilleur dans tous les sens.

A ce que nous constatons sur le devant  de l’actualité en Syrie, au Mali ne nous honore pas. Sous nos yeux toute la barbarie humaine exhibe le sang, le feu, les larmes des pauvres civiles.

Le pouvoir rend fou et aveugle devant la boucherie, des pauvres victimes pris entre les deux feux. Oui du côté du peuple protestataire  syrien nous nous rangeons. Car mieux vaut mourir que vivre sans la liberté. On veut plus être gouverné par des tyrans.

Nous constatons aussi au Mali, une rébellion qui se dit « islamique » et au nom de l’Islam voulant semer la violence. Ce n’est pas ça l’Islam ! L’Islam est une religion pacifique, de dialogue. El hadji Omar Tall notre guide nous a appris ça. La violence est le dernier recours à ce que les gens nomment sans le comprendre, le djihad.  Il donnait des instructions clairs devants les animistes on ne touche pas les personnes sensibles (enfants, femmes, vieillards) pas d’attaque sans avertir l’autre camp, pas de terrorisme, sauf dans le cas contraire pour se défendre proportionnellement. La confusion est de taille à ce qui dans leurs médias, évoque sans connaitre le djihad. Appelle ton prochain par la prêche de la paix est la noblesse du djihad.

Devant la crise alimentaire qui sévit en Ethiopie, j’accuse les puissances dites pétrodollars comme l’Arabie Saoudite qui sont abandonnés absents face aux ONG occidentaux. Je ne comprends pas. Ce pays berceau de l’Islam doit prendre courageusement le leadership pour éteindre le feu, endigué la faim dans le monde notamment dans les pays frères musulmans comme la Syrie ou le Mali.

Ceux qui pensent par la force ils peuvent calmer le jeu dangereux, mortel se trompent lourdement. Tous les conflits antérieurs se règlent au tour du table, alors  devenons nous pas prendre ce raccourci.

Encore une fois, nous souhaitons à tous les musulmans un mois bénis de pardon, de paix.

Lire la suite

Minuit !

20 Mars 2012 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Lit Minuit jusqu’à la fin  pour comprendre l’histoire de Ballaké et Sona,  ton histoire, l’histoire de tes ancêtres. Nos héros…
De l’auteur et compositeur El Hadji  Baaba Maal

« Chantez à Minuit, chantez au Minuit !
Minuit, pour le cœur sensible qui écoute et qui comprend, tout chante Minuit !
Minuit, c’est la chanson naïve et monotone de la berceuse qui endorme son enfant. C’est la chanson mélancolique de l’oiseau dans le feuillage, la plainte du féticheuse aux abois  désespérés sur la rigueur des dieux, le tonnerre qui gronde dans le lointain.
Minuit, c’est la complainte de l’amant qui dans le calme de la nuit implore les grâces de la belle.
Minuit, c’est tout ce qui pleure, c’est tout ce qui gémit, tout  ce qui frémit. Car Minuit c’est aussi la tragédie du vieux mandingue.
Chantez à Minuit, chantez au Minuit !
C’était en 1882 dans le cercle Sigué au cœur du vieux mandingue. L’Almamy Touré était repoussée vers le Sud et les blancs venaient juste de construire le petit fort Galiyed. L’administrateur qui dirigeait le cercle commandait toutes les dérives du Niger au canton aurifère du Pouré et Siyéké.
Cette année là, les récoltes étaient particulièrement abondantes et les fêtes se multiplièrent dans tous les villages pour chanter la nuit.
Chantez à Minuit, chantez au Minuit !
A Tiguibéry, paisible amont confluant du fleuve Niger, habitait un jeune homme de la grande famille des Keita du nom de Ballaké. Sa renommé était grande et nul n’ignorait son nom. Les jeunes filles surtout l’adoraient. A Doudaya on lui avait dédié l’air de la pluie, symbole de la prospérité paysanne. Et à Niani Capital des ancêtres on chantait à son bonheur dans l’air le plus grave du Fonou.
A Narina habitait une jeune fille et belle comme la nuit de clair de lune. Elle s’appelait Sona. Elle avait son chant Taara qui veut dire Partir, Partir.
Chantez à Minuit, chantez au Minuit !
Elle s’est fait de Ballaké. Ils s’aimèrent tendrement et finir par ce fiancer. Mais le charme de la douce Sona touchèrent selon certains le cœur de l’interprète noir du Port. Mais selon d’autres du grand chef le blanc lui-même. Ce point n’a jamais pu être éclairci et les versions en sont nombreuses. Toujours est-il que Ballaké du fait qu’il est ainsi par Sona il fut à l’indexe par les habitants du Port. Un complot fut aussitôt tordu contre lui. Malheureusement un soir alors qu’il présidait une fête en son honneur dans le carré des Camara, un sous-officier blanc fut assassiné à proximité de sa case. Le lendemain au soir, les sous aigrets du petit tambour du curieux public appuyèrent que Ballaké devait se juger et condamner. Il devait être fusillé 24 heures plus tard. Cette surprenante nouvelle bouleversa tous les villages environnants. Les commères du fond de leur chaumière en parlaient les larmes aux yeux. La mère de la victime affolée s’enfuit dans l’immense brousse pour y verser ses larmes en pleine solitude. Tous les jeunes gens éplorés déposèrent leur DABA et se donnèrent rendez vous dans l’lugubre vallée du Kubi aux yeux éteints. Namori le vénérable griot de Ballaké, sans mot à dire, brisa sa guitare contre un roc, prit une pirogue et suivi le cours du grand fleuve noir de Tinetisso. Il n’est pas revenu, on dit qu’il va encore. Mais il fallut devancer l’heure de l’exécution pour éviter  tout soulèvement dans le pays.
Et le 30 septembre 1892  à Minuit, à Minuit dans la vaste pleine qui s’étend non loin de Siguiri, une petite salve retentit Ballaké tomba froid face à son village.
Chantez à Minuit, chantez au Minuit !
Ballaké Sona est parti ! Sona Ballaké est parti !
Hélas, belle Sona elle qui jusqu’alors ne connu que le bonheur, le soir du 3e jour quitte brusquement le village et s’enfuit dans la forêt. L’haleine tiède du crépuscule desséchait  sa gorge, fendiait, ses lèvres,   brulait ses tempes, elle fuyait les hommes, fuyait les animaux sauvages, elle fuyait toujours. L’ombre peu à peu l’enveloppait, elle fuyait encore et toujours. Elle entendit la voix du berger dernier espoir elle fuyait encore et toujours. Arrivait au sein de la  forêt, elle s’agenois dans l’herbe humide de rosé, sanglota longuement et d’un geste suprême absorba le poison   qui devait l’emportait.
Chantez à Minuit, chantez au Minuit !
AMI, l’occident choyait les derniers feux du soir. On entendit dans le feuillage touffu des herbes la plainte éternelle du vent. Et là s’il veut endeuiller faisant tomber d’elle des larmes tel des gouttelettes de rosé.
AMI, fait joindre les cordes de la guitare pour que revive en nous le touchant souvenir de Ballaké et de sa belle Sona. Et au royaume des ombres qu’il sente nos compassions qui reposent dans la vaste plaine herbeuse qui porte leur nom : BALLAKE ET SONA. »

Lire la suite

NGARYNIORO 3 ANS DEJA !

3 Novembre 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Il y a trois ans de cela, j’avais créé ce blog précisément à la veille de la victoire historique aux élections du président  Obama sur Over-blog. Trois années se sont écoulées, je ne trouve pas de mots pour vous exprimer mes remerciements à tous les visiteurs notamment aux fidèles que je connais très bien.

Vos suggestions, vos encouragements et surtout vos critiques sont toujours les bienvenus. Sans les critiques bien sûr objectives, rien ne marchera dans ce monde.

Avec vous, je voudrais partager ce beau clip souvenir d’Ismaël Lô «  Afrique Suñu »,

Lire la suite

Un destin ami

15 Octobre 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

On dit en wolof « wax mba mou diotté » (parler au moment opportun).Imagine toi, dans une forêt sauvage en pleine nuit et que tu ignores ta destination avec la soif, la faim, la chaleur ou le froid épuisent toute ton énergie, et par miracle surgit une personne pour te redonner cet espoir perdu. Comme un Docteur il t’écoute, te soigne par ses conseils d’un vrai ami qui te comprend dès le premier instant quand ton sait son caractère fait fuir parfois tout le monde même le sauveteur animé par la bonne foi.

261716_2223918954896_1155415508_32686010_7207999_n.jpg

Cela n’est pas un hasard saches que j’ai trouvé un de mes meilleurs amis de classe, d’école et de vie.

Lorsque cette chose là me frappait, m’obligeait à l’isolement avec le saignement au silence, tu fais parti des rares personnes à être là pour me poser les bonnes questions digne d’un psychanalyse pour obtenir évidemment les bonnes réponses en vue de  me donner les remèdes nécessaires. Cela m’a permis et me permet jusqu’à présent de tenir bon.

Tu as su valoriser mes passions, mes aspirations profondes avec tes encouragements très sincères. A l’école ou ailleurs, tu es toujours content d’écouter en quelque sorte la voix Rasta qu’on partage. Rebel au début, tu comprends mon manque de conformisme, même si aujourd’hui cette rébellion n’est plus impulsive, colérique, angoissante qui cherche toujours le compromis.

Un Ibrahima qui n’est pas costaud physiquement, mais un Ousseynou qui croit au combat de nos idées progressistes, et nous ne reculerons jamais  car c’est notre engagement pour la vie. Tu es des rares personnes qui croient que notre action de tous les jours n’est pas un simple amusement. Jusqu’à notre dernier souffle on se battra pour la justice, la tolérance, l’égalité, l’épanouissement de l’homme surtout on participera au développement de  l’Afrique. Loin d’être de simples mots, c’est un idéal qu’on est prêt à mourir pour paraphraser notre héros vivant Nelson Mandela. Il le faut grand.

Tu as ce privilégie d’entrer au plus profond de ma personne pour connaitre mes points forts et faibles. Cette relation conquit par la Confiance oui par la Confiance.

Dieu seul sait par nature je n’aime pas étaler mes soucis au monde car un vieux me disait mon fils heureux réjouis toi calmement car à coté ils sont nombreux, moins heureux aussi Dieu seul sait c’est une insulte pour l’autre quant il te dévoiler à son tour les plus préoccupantes au monde.

Ça te fait rires je sais en silence par mon caractère complexe, surprenant, révolutionnaire du regard  des autres avec leurs conclusions parfois hâtives qui envisagent le pire. Rien de tel assez ordinaire aimant les autres avec l’objectif Number one toujours : des relations durables. C’est pourquoi je n’ai pas cette carence d’amis Alhamdoulilahi ! Ils sont petits par le nombre et grands par leur qualité !

Encore une fois, ce n’est pas un hasard saches que j’ai trouvé un de mes meilleurs amis de classe, d’école et de vie.

From Guem Zeum  for life mouye méti mouye nekh ! 

Lire la suite

L'école du Caméléon

12 Mars 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Dans un discours Amadou Hampâté Bâ, le sage nous livre ici une vraie leçon de conduite de la vie comme à son coutume.

Le caméléon est un très grand professeur.

Regardez-le

Quand il prend une direction, il ne tourne jamais la tête. Faites comme lui. Ayez un objectif dans la vie et que rien ne vous en détourne.

Le caméléon ne tourne pas la tête mais c’est son œil qu’il tourne. Il regarde en haut, en bas. Cela veut dire : informez-vous. Ne croyez pas que vous êtes le seul sur la terre.

Quand il arrive dans un endroit, il prend la couleur du lieu. Ce n’est pas de l’hypocrisie. C’est d’abord de la tolérance et puis du savoir-vivre. Se heurter les uns les autres n’arrange rien. Jamais rien n’a été construit dans la bagarre. Il faut toujours chercher à comprendre l’autre. Si nous existons, il faut admettre que l’autre existe.

Si le caméléon avance, il lève un pied. Il balance ? Cela s’appelle de la prudence dans la marche.

Pour se déplacer, il accroche sa queue ainsi si ses pieds s’enfoncent, il reste suspendu. Cela s’appelle assurer ses arrières. Ne soyez donc pas imprudent.

Lorsque le caméléon voit une proie, il ne se précipite pas dessus mais il envoie sa langue. Si sa langue peut lui ramener, elle lui ramène. Sinon, il a toujours la possibilité de reprendre sa langue et d’éviter le mal. Allez doucement dans tout ce que vous faites.

Si vous voulez faire une œuvre durable, soyez patient, soyez bon, soyez humain.

Voilà. Si vous vous trouvez dans la brousse, demandez aux initiés qu’ils vous racontent la leçon du caméléon.

 

 

cameleon-orange.jpg

Lire la suite

Écrivain, un rêve !!!

8 Février 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

L’écriture a été toujours pour moi un moyen de divaguer librement ma conscience. Mon rêve de tous les jours est de devenir un grand écrivain pour partager mes sentiments négatifs comme positifs dans un livre à d’autres individus, d’autres horizons.

Cependant, à chaque fois que j’essaie de passer à l’acte un obstacle, un blocage, et je deviens immobile devant mon carnet ou écran. Aucune idée ne vole dans mon imagination. Pourtant, j’avais bel et bien un frémisse du départ. Ne sachant quoi faire, je me retrouve colérique pendant des heures. Là je découvre toute mon ignorance. Mon seul envie est de pleurer à haute voix.

Pourquoi le génie de l’écriture ne me rend pas visite même pour une bonne petite heure en guise d’ouverture  du secret d’un grand roman. Les angoisses de mon  manque d’élan seront-elles réglées un jour. Les questions commencent à fuser et tournent autour d’une grande est bonne: es tu assez passionné ? Incontestablement c’est la passion et le savoir faire.

Le chemin sera long pour moi. Il me faudra parcourir les grands livres, interroger ses auteurs et voir leur méthodologie, bien sûr si je veux arriver à mes fins. C’est la seule voie. Aussi je ne peux pas écrire un grand roman sans maitriser le français. Mes lacunes sont à corriger. Par contre  je garderai mon style qui est ma personnalité propre. Je garderai toujours ma liberté de pensée. Je ne chercherai à plaire à  personne ni à refuser la sympathie des autres. Je serai le petit Alpoular avec mon accent particulier négro africain qui essaie d’écrire sur cette belle langue étrangère que partage des millions d’individus sur la planète. Mon écriture ne s’éloignera pas de ma vie. En fait mes personnages seront le reflet de mon imagination du monde. 

Si amener les gens à surpasser par des rêves s'avérera efficace alors j'expérimenterai à la hâte sur mon peuple: Mama Africa. Il soulèvera des montagnes grâce à ma volonté dans ce sens. 

Clic sur j’aime si tu crois à ma passion d’écrire. 

Lire la suite

Album souvenir

21 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

Lire la suite

Album souvenir

21 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

 

Lire la suite

Mariage au Fouta

5 Janvier 2011 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Coup de coeur

.

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 > >>