NGARYNIORO ( Ibrahima Sall )

Au lecteur inconnu

24 Janvier 2013 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Réflexion

On se bat tous les jours pour voir un jour le continent africain être parmi les zones émergentes à l’image de la Chine, de l’Inde ou du Brésil.  On se rend compte aussi que le combat est loin d’être gagné.  Parce qu’il est l’œuvre des gens qui devaient  tenir debout  le flambeau. Qui sont ces gens ? Ceux  sont surtout des intellectuels africains qui ne trouvent pas l’épanouissement dans leur pays et rêvent l’occident, ou encore les déçus du système. Or celui qui refuse d’éduquer, d’orienter, d’aider sa population à majorité analphabète parce que son intérêt n’est pas satisfait par un poignet d’individus alors ce dernier n’a aucun respect pour celle-ci. Il est égoïste.

Une petite entre parenthèse cher lecteur écrire est ma première passion, dire ce que je pense, même si tu es Georges Bush ou Saddam, s’il est un crime, j’en serai toujours prêt à défier le couloir de la mort. Bref je suis un esprit libre au cas où tu l’auras oublié et ma liberté ne se marchande jamais. Alors respect mutuel essaie de me convaincre que de vouloir me vaincre avec idées insensées.

On ne peut pas gagner le combat du Développement avec des voies discordantes, des mains croisées, des jambes immobiles, des pensées non libres. Surtout jamais on ne développera le continent dans la tricherie, la magouille, la peur d’aller de l’avant et  défier les prévisions les plus septiques..

N’aie jamais  le complexe de voir les pays occidentaux avec leur Développement, essaie plutôt de voir comment ils sont arrivés là. J’aime bien prendre l’exemple du Japon et de l’Allemagne. Au sortir de la seconde guerre mondiale, ils étaient sur tous les plans au niveau zéro. Avant la crise de 2008, ils étaient respectivement 2e et 3e après les Etats Unis d’Amérique. Alors ne cherche  pas loin c’est parce qu’ils ont travaillés dans le silence. Ce que nous devons faire  nous africains c’est de travailler dans le silence et cela deux fois plus car nous sommes très en retard. Saisissons la chance de la Mondialisation. N’ayons pas peur de la Mondialisation, elle a des cotés positifs et cessons de  voir son côté négatif.

Le développement de l’Afrique est entre nous main comme notre slogan..

Lire la suite