NGARYNIORO ( Ibrahima Sall )

Articles récents

El hadji Oumar Foutyou TALL

4 Novembre 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de gueule

19444_105586172801957_100000517253163_146071_7828306_n.jpg

La liberté religieuse existe si et seulement si on ne le cahe pas de même s'arrête là où celle de l'autrui commence. C'est ça le dialogue. Ma croyance n'est pas peut être la votre mais elle nous reunit sur un principe: Chacun croit à quelque chose.
Merci pour votre compréhension


SON HISTOIRE:

EL Hadj Omar Tall est né vers 1797 à Alwar prés de Podor dans le Fouta Toro, sur la rive du Sénégal. EL Hadj Omar Tall est issu d'une famille noble celle des Torrodos (religieux) qui ont auparavant, ont renversé en 1776, la dynastie peul des Dényanké. Fils d'un grand homme de dieu : Thierno Ousmane Tall et d'une honorable mère qu'il aimait beaucoup .Il avait l'habitude de chanter ses louanges en ses termes « j'ai laissé beaucoup d'hommes, semblables à mon père dans le Fouta, mais je n'ai pas laissé de femmes comparables à ma mère »EL Hadj Omar Tall grandit dans cet environnement pieux et fortement attaché au Coran et à la Sounnah ce qui lui d'obtenir une éducation religieuse solide .

En 1809 à l'âge de 12 ans il mémorisa entièrement le Coran Il complète sa formation par ses nombreux voyages auprès des Maures de la confrérie Khadrya au Tagant et à Walata. Il y reçoit pour la première fois le wird Tidiane du Mauritanien Mouloud Fall, Cheikh maure des Ida Ou Ali du Trarza. C'est à l'occasion d'un séjour au Fouta Djalon, qu'El Hadj Omar sera initié au Wird tidiane une seconde fois par Cheikh Abdoul Karim, une troisième fois enfin, à Médine, de Mohamed Khaly, disciple direct de Cheikh Ahmed Tidiani (r), qui deviendra, par la suite, Cheikh de la Zawiya de Fès. El Hadj Omar affectera d'ailleurs, de ne considérer comme authentique que son initiation par Mohamed Khaly.

El Hadj Omar Tall est une des plus grandes figures du 19éme siècle africain. Conscient de l'intérêt stratégique du Fleuve pour la pénétration française à l'intérieur de l'Afrique, il tente de s'y opposer en essayant de créer un grand empire soudanais, avec l'adhésion de la population, en faisant connaître le tidianya, confrérie musulmane qui rejette toute hiérarchie sociale et prône l'égalité de tous les hommes
En 1864, à sa mystérieuse disparition, le Soudan était complètement islamisé et affilié à la Tidianya. Il est alors plus connu à l'extérieur que dans son propre pays où il butta contre la résistance Khadrya.

Abdoul Aziz Al Ibn Disait au Président Senghor que :
El Hadji Omar Tall à effectuer 16 voyages, créer 7 villes, converti dans l'Islam 70 rois, écrit 27 livres, livré plus 100 Djihads.
Qui, plus que lui mérite d'être un héros national.

Source: VITOGAZ-sénégal: http://vitotidiane.skyrock.com/

 

Lire la suite

Femme nue, femme noire

4 Novembre 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de coeur

0235A.jpgFemme nue, femme noire
Vétue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté
J'ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux
Et voilà qu'au coeur de l'Eté et de Midi,
Je te découvre, Terre promise, du haut d'un haut col calciné
Et ta beauté me foudroie en plein coeur, comme l'éclair d'un aigle
Femme nue, femme obscure
Fruit mûr à la chair ferme, sombres extases du vin noir, bouche qui fais
lyrique ma bouche
Savane aux horizons purs, savane qui frémis aux caresses ferventes du
Vent d'Est
Tamtam sculpté, tamtam tendu qui gronde sous les doigts du vainqueur
Ta voix grave de contralto est le chant spirituel de l'Aimée

Femme noire, femme obscure
Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux
flancs des princes du Mali
Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta
peau.

Délices des jeux de l'Esprit, les reflets de l'or ronge ta peau qui se moire

A l'ombre de ta chevelure, s'éclaire mon angoisse aux soleils prochains

de tes yeux.

Femme nue, femme noire
Je chante ta beauté qui passe, forme que je fixe dans l'Eternel
Avant que le destin jaloux ne te réduise en cendres pour nourrir les
racines de la vie.



Extrait de
" Oeuvres Poétiques"
Le Seuil 

Lire la suite

Mandela

4 Novembre 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de coeur



Parmi toutes les personnalités du monde il est et restera jusqu'à la preuve du contraire ma référence
Je participe à ma manière faire connaître son histoire.
Chaque individu doit connaître l'histoire de cette personnalité hors du commun.

Bibliographie:

Nelson Rolihlahla Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo dans l'ancien Bantoustan du Transkei à l'est de la province du Cap (actuel Cap-Oriental), est un ancien président de l'Afrique du Sud et fut l'un des dirigeants de la lutte contre l'apartheid.

En 1993, il reçoit avec le président sud-africain de l'époque, Frederik Willem de Klerk, le Prix Nobel de la paix pour leurs actions en faveur de la fin de l'apartheid et l'établissement de la démocratie dans le pays.

Suite à ce combat et à celui qu'il mène actuellement contre le Sida, c'est une personnalité écoutée, particulièrement en Afrique.

Fils d'une famille royale Thembu Xhosa, Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 dans le village de Qunu, au bord de la rivière Mbashe au Transkei (Cap-Oriental).

Son père était Hendry Mphakanyiswa Gadla, chef de tribu Xhosa de Tembu. À l'âge de sept ans, Rolihlahla Mandela devint le premier membre de la famille à suivre une scolarité. C'est un professeur méthodiste qui lui donne le prénom occidental de Nelson.

Son père décède d'une tuberculose alors qu'il n'a que neuf ans. Nelson Mandela est alors envoyé à la mission de Wesleyan.

Selon la coutume Xhosa, il est initié à l'âge de seize ans et poursuit ses études avec succès à la Clarkebury Boarding Institute. Il obtient son certificat scolaire en deux ans (au lieu de trois habituellement).

En 1934, Mandela s'inscrit au Collège Wesleyan de Fort Beaufort.

Diplômé, il rejoint l'université de Fort Hare où il fait la connaissance d'Oliver Tambo, qui devient son ami et collègue. À la fin de sa première année, membre du conseil représentatif des étudiants, il est impliqué dans le boycott du règlement universitaire. Il est alors renvoyé de l'université.

Suite à un mariage arrangé non souhaité, il s'enfuit à Johannesburg où il passe sa licence par correspondance à l'Université d'Afrique du Sud (UNISA) puis débute des études de droit à l'université du Witwatersrand.

C'est en 1942 que Nelson Mandela rejoint le Congrès national africain (ANC), membre de l'Internationale Socialiste, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche. En 1944, avec Walter Sisulu et Oliver Tambo, il fonde la plus dynamique ligue de jeunesse de l'ANC.

Aux élections générales de 1948, la victoire du Parti national Afrikaner entraîne la mise en place de sa nouvelle politique qui fut appelée apartheid.

En 1952, Mandela, par ailleurs avocat, monte la campagne de défiance contre le gouvernement de Daniel Malan.

En 1955, alors que le Parti National semble appelé à durer au gouvernement, Mandela participe à la rédaction de la charte de la liberté dont le programme fondamental est la lutte contre la ségrégation raciale et l'apartheid. À cette époque, Mandela et Tambo se sont associés au sein de leur propre cabinet et prodiguent des conseils juridiques gratuits aux noirs les plus pauvres.

Le 5 décembre 1956, Mandela et 150 autres personnes sont arrêtés et accusés de trahison. Ils sont au bout du compte tous acquittés, grâce aux plaidoiries des avocats et au légalisme pointilleux des tribunaux sud-africains en 1961.

Après le massacre de Sharpeville où il y a eu 79 morts et 178 blessés en 1960, les appels à la lutte armée sont plus pressants d'autant plus que l'ANC et le Congrès panafricain sont interdits, ses leaders emprisonnés ou assignés à résidence. La stratégie non-violente de l'ANC est abandonnée par Nelson Mandela qui fonde Umkhonto we Sizwe, réseau prônant l'action armée.

Il fut emprisonné en 1962 puis condamné à cinq ans de prison en 1963, et, après un procès où il contesta la justice d'apartheid, condamné à la détention à perpétuité en 1964 en raison de ses activités politiques clandestines, devenant au fil des années, le plus célèbre et l'un des plus anciens prisonniers politiques.

Il fut en partie libéré le 7 décembre 1988 et mis en résidence surveillée. Le 5 juillet 1989, il rencontre au Cap le président Pieter Botha. Il fut définitivement libéré le 11 février 1990 sur ordre de Frederik de Klerk qui, pour des raisons politiques, mit fin à la clandestinité de l'ANC, et le sollicita pour maintenir la paix civile en Afrique du Sud. Les deux hommes ont travaillé ensemble pour instaurer la fin de l'apartheid et un régime de transition.

Il se vit décerner le Prix Nobel de la paix avec le président Frederik de Klerk en 1993. En 1979, il avait reçu le Prix Nehru pour la Paix et en 1989, le Prix Kadhafi des droits de l'Homme.

À la suite des premières élections démocratiques du 27 avril 1994, remportées largement par l'ANC, Nelson Mandela est élu Président de la république d'Afrique du Sud et prête serment à Pretoria le 10 mai 1994 devant tout le gotha politique international, d'Al Gore à Fidel Castro.

Il préside au premier gouvernement non racial du pays, en l'occurrence un gouvernement d'union nationale entre l'ANC, le Parti National et le parti zoulou Inkhata.

Ses deux vice-présidents sont alors Thabo Mbeki et Frederik de Klerk.


Statue de Nelson Mandela à JohannesburgConformément aux négociations de la période de transition, une commission « vérité et réconciliation » est créée pour entendre des exactions et des crimes commis sous l'apartheid par le gouvernement, les forces de sécurité mais également par les mouvements de libération. Il s'agit de confronter le passé afin de tourner la page historique douloureuse et non de juger les crimes ou exactions constatées qui, le cas échéant, en l'absence de regrets des protagonistes, seront toujours du ressort des tribunaux pénaux.

Président, Nelson Mandela est davantage un chef d'état qu'un chef de gouvernement: il confie ce rôle à Thabo Mbeki.

Prônant la réconciliation nationale, il se rend même à Orania pour rencontrer Madame Hendrik Verwoerd et organise une tea party à Pretoria réunissant les épouses des anciens premiers ministres et présidents du pays avec les épouses des anciens prisonniers de Robben Island.

Internationalement, il redonne une légitimité à l'Afrique du Sud qu'il donne en exemple en matière de réconciliation nationale.

Son autobiographie Un long chemin vers la liberté est publiée en 1995 et raconte son enfance, son engagement politique, ses longues années de prison et son accession au pouvoir.

En 1996, le Parti National quitte le gouvernement peu après l'adoption d'une nouvelle constitution.

Il accepte d'être médiateur de plusieurs négociations de paix, notamment dans l'Afrique des grands lacs.

En 1997, Mandela quitte la présidence de l'ANC qui échoit à Thabo Mbeki.

À la fin de son mandat, certains radicaux critiquent l'absence d'efficacité de la politique de son gouvernement dans la lutte contre le SIDA, dans la lutte contre les inégalités raciales ou encore la lenteur des procédures d'indemnisations des noirs spoliés sous l'apartheid.

En 1999, Thabo Mbeki lui succède à la présidence de la république. Comme il s'y était engagé lors de son élection, Nelson Mandela n'est pas candidat à un second mandat et quitte la vie politique. Pour continuer de lutter pour les valeurs qui lui tiennent à cœur, il fonde la Fondation Nelson Mandela.

Après son divorce avec Winnie Mandela, Nelson Mandela s'est remarié avec Graça Machel, veuve de l'ancien président du Mozambique, Samora Machel.

En février 2003, Mandela déclara que les États-Unis étaient « une menace contre la paix dans le monde » et que leur président George W. Bush souhaitait « plonger le monde dans l'holocauste », l'accusant d'ignorer les Nations unies.

En septembre 2004, il fut plébiscité en tant que première personnalité sud-africaine.

Nelson Mandela se consacre aujourd'hui à la lutte contre le Sida.

Le 6 janvier 2005, il annonce publiquement le décès de son fils, Makgatho Mandela âgé de 54 ans, des suites du Sida. Par ce geste, il veut montrer qu'il est temps de briser le tabou qui entoure cette maladie dans de nombreux pays. Il déclare à ce sujet : « Nous ne devons pas dissimuler la cause de la mort des membres de nos familles, que nous respectons, car c'est le seul moyen de pouvoir faire comprendre à la population que le Sida est une maladie ordinaire. C'est pourquoi nous vous avons aujourd'hui fait venir pour annoncer que mon fils était mort du Sida ».

De nombreuses personnalités et hommes politiques ont vu des membres de leur famille mourir du Sida, mais ils l'ont caché, car cette maladie est considérée comme une honte. Parmi les citoyens lambda, il arrive très souvent que les personnes atteintes soient rejetées par leur entourage, condamnées à mourir seules et isolées.

Source : fr.wikipedia.org/.../r.wikipedia.org/wiki/Nelson_Mandela

Qu'en pensez-vous?
Lire la suite

Peace and Love !!!

4 Novembre 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de coeur



Boutros Boutros-Ghali
"Si chacun des groupes ethniques, religieux ou linguistiques prétendait au statut d'Etat, la fragmentation n'aurait plus de limite et la paix, la sécurité et le progrès économique pour tous deviendrait toujours plus difficile à assurer."

Charles de Gaulle
"Ce qu'il faut surtout pour la paix, c'est la compréhension des peuples. Les régimes, nous savons ce que c'est : des choses qui passent. Mais les peuples ne passent pas."

Haile Selassie
"Tant que la couleur de la peau sera plus importante que celle des yeux, nous ne connaîtrons pas la paix."

Anatole France
"La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique."

Napoléon Bonaparte
"La paix est un mot vide de sens ; c'est une paix glorieuse qu'il nous faut."

John Lennon
"Imagine tous les gens vivant en paix"

Lire la suite

Baaba Maal et le Dandé Leniol

3 Novembre 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de coeur


C'est un artiste engagé dans sa culture. Grâce à lui nous retrouvons chaque instant notre fierté d'etre ce nous sommes. Nous avons une civilisation. Il est un panafricaniste convaincu. Ces chansons tourent au tour des problèmes de ce continent mais en parralléle un grand optimisme symbolisé par l'espoir. Les beaux boubous, le sourire pendant les spectacles pour montrer contrairement à une image fausse de l'Afrique montrée que dans le côté sombre dans leurs médias que dans ce continent les gens vivent en harmonie, en paix. Malgré son histoire triste le plus beau sourire tu le trouveras ici en Afrique. 

Bibliographie:

Né en 1953 à Podor au nord du Sénégal, dans une famille de pêcheurs, Baaba Maal apprend à jouer de la kora et divers instruments traditionnels au sein du groupe Lasly Fouta, avant de sillonner l'Afrique de l'Ouest avec son ami Mansour Seck et 70 autres musiciens.

Après un passage à Paris où il étudie la musique occidentale au Conservatoire et joue avec le groupe Wandama, il forme à Dakar en 1985 le groupe Daande Lenol (la voix du peuple) avec Mansour Seck. Daande Lenol ajoute aux sonorités traditionnelles et aux chants pulars des instruments modernes comme les claviers et la guitare électrique. Ils enregistrent Wango en 1988 et Djam Leeli.

Une tournée en Europe en 1990 le fait connaître de Peter Gabriel qui le fera participer à son album Passion. De 1990 à 1993, Baaba Maal enregistre trois albums qui lui apportent une reconnaissance en Europe. Mais le succès mondial arrive en 1994 avec Firin' in Fouta et le titre African Woman. Depuis, il enchaîne albums et tournées mondiales. Baaba Maal est le représentant le plus connu de la communauté des Pulars, très nombreux en France.
Grande voix de l'Afrique, son engagement dépasse largement le cadre musical puisqu'il est aujourd'hui représentant du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Son dernier album Television, accompagné d’une tournée internationale, sorti en 2009, a été produit par John Leckie (Radiohead) et Barry Reynolds (Grace Jones).

www.baabamaal.tv
Lire la suite

Immigration clandestine

3 Novembre 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de gueule


Ca me fait si mal!!

Cette jeunesse africaine est trop désespérée dans leur continent.
La faute aux dirigeants qui ne cherchent aucunement à développer ce continent. Des politiciens beaux parleurs qui ne cherchent qu'à remplir leur poche.
Le clientélisme qui devient une fatalité dans les toutes couches de la société. On ne cherche pas à mettre les hommes qu'il faut à la place qu'il faut, dans les institutions, les entreprises...
Une société qui a perdu de valeurs où les gens sont en train de tergiverser sur l'homosexualité. Seul l'argent est roi. J'ai de l'argent donc je suis.
Le chemin du développement devient introuvable. Car la boussole qui devait nous y guider (la plus part de nos guides politiques, religieux, ancestrales sont dépendants de la drogue du pouvoir, de l'argent, du poste....) est fichue.

Dans ces conditions terribles cette jeunesse qui devait prendre en main ce problème par une REVOLUTION se jéte lâchement dans les oceans en emportant une partie de notre dignité, en affirmant sans honte BARCA WALA BARSAK. Fuyant leurs responsabilités, cette jeunesse brade au péril de leur vie l'Océan en ayant l'espoir que l'Europe est le paradis. Encore une fois Europe qui ne vous aime pas l'affirme sans honte par une politique choisie. Une chose déjà vu avec nos ancentres. Oui les Forts et non les Faibles. Une nouvelle esclavage pire que celle de nos ancêtres est de retour. A travers leurs médias, le ridicule prend toutes ses formes. Des alibis soit disant nos défenseurs montrent au crénau pour nous défendre. On utulise contre de l'argent nos personnalités qui jouent le jeu comme les artistes pour calmer un peu les esprits de nos jeunes.

Maintenant chaque rappeur ne peut contourner ce thème: Travailller dignement dans son pays est une obligation. Bay war mo niou war. Pour conscientiser cette jeunesse aveugle.

En oubliant les clés du développement c'est ici est nul part. Le travail qu'on refuse dans notre pays on fait pire arriver là bas.

Oui je dis qu'on peut développer ce continent qui est le seul à refuser de décoller. les chinois, les brésiliens, les indiens tous l'ont fait. Pourquoi pas nous? Nous avons les potentiels, la coopération internationale au cas contraire la coopération sud sud.

OUI NOUS LE POUVONS

Lire la suite

Soutenance

26 Août 2009 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Coup de coeur

Ce 27 Aout 2009 est un jour Historique, je ne vais pas oublier sitôt. il marque ma première soutenance réussie.

Certes,une victoire au combien important dans ma carrière sur les études, mais pour moi ce n'est pas la plus importante. Il s'agit de ma première soutenance, je pense que je me suis bien battu. Et puisque la vie est un éternel recommencement, à l'image de Sisyphe, je vais dès après en vers d'autres champs de bataille pour espérer gagner la GUERRE.

Mes sincères remerciements à TOUT ceux de près ou de loin m'ont soutenus, épaulés, conseillés, tolérés dans leur cœur, ont cru à moi, leurs prières, leur gentillesse, leur compréhension, je n'oublierais JAMAIS.

Je dédie ce mémoire à deux personnes qui ont marqués ma vie et ne sont plus de ce monde, Il s'agit de mon homonyme, Abou DIAWARA, et mon grand père maternel, Malal Baydi DIALLO. Quoi qu'on en dise dans mon cœur et mon esprit vous êtes gravés à jamais.

"Oser toujours, Céder parfois, Renoncer jamais"  
Lire la suite

Résumé de ma soutenance

14 Août 2009 , Rédigé par ngarynioro Publié dans #Réflexion

Bonjour,

M. le président du jury

Messieurs les membres du jury

Chers étudiants

Chers invités,

C’est avec un immense plaisir et beaucoup de prudence que je me présente devant vous pour la soutenance de mon mémoire ; un passage obligatoire pour l’obtention de mon Brevet de technicien supérieur après deux années de formation, option gestion des entreprises, dans cette prestigieuse école, l’Institut privé de gestion que j’avais choisi, il y’a deux ans, du fait de sa longue tradition d’enseignement professionnel au Sénégal et de qualité.

Mais avant d’entrée en matières permettez-moi

 

M. le président du jury,

Messieurs les membres du jury

de rendre hommage à deux personnes qui m’ont TOUT donné, m’ont inculqué des valeurs telles que  l’éducation, le travail, la dignité, le respect, la tolérance… Malheureusement à cause des contraintes de distance ils n’ont pas être présents aujourd’hui. Ils se trouvent à 700 km d’ici, à Ourossogui dans la région de Matam.  Certes Très loin, mais j’en suis certain dans mon cœur et mon esprit qu’ils seront toujours présents pour me soutenir.

Il s’agit de mon père Oumar SALL et ma mère Bineta Malal DIALLO

Ceci étant dit, il est quand même important de parler de ce qui nous réunit ici.

Dès le début de l’année, nous nous sommes fixés comme objectif de placer le gestionnaire face à des difficultés internes ou externes et la voie royale pour le solutionner. Le sujet initial était Le Comportement Du Gestionnaire Face A La Crise

Puisque cette crise nous offre cette occasion et avec le conseil de mon Directeur de mémoire, M. SY, on a enfin retenu de le formuler ainsi dans le souci de la pertinence et de suivre un peu l’actualité: L’IMPACT DE LA CRISE FIANCIERE SUR LA GOUVERNANCE DE L’ENTREPRISE. Parce que personnellement, je pense que NOUS cette jeune génération nous devons saisir cette chance des NTIC, contrairement à nos parents, pour donner notre point de vue sur ce qui se passe dans le monde. Eviter d’être des consommateurs de l’évolution de notre planète.

Historiquement il est important de rappeler quelles crises que le monde à connu,

Depuis la chute du mer de Berlin en Novembre 1989 marquant le début du monde unipolaire derrière le tout puissant libéralisme qui a créé cette globalisation, le monde a connu cinq graves crises

 la crise asiatique (1997),

 la crise des hedge funds LTCM (1998),

la crise des valeurs de l’internet (2001),

la crise d’ENRON (2002)

 et actuellement la crise des subprimes qui ne connait pas pour l’instant sa fin. Même si on commence à voir par ci et par là « des lueurs d’espoir » pour reprendre les mots du président des USA, Obama.

A chaque fois, les conséquences sont néfastes, en ce  qui nous concerne le monde de l’entreprise. En un seul mot pour résumer la situation c’est INQUIETUDE GENERALE. Chaque fois qu’on pense que le système est protégé, on a pris les mesures nécessaires, une autre éclate là où on l’attend le moins. Chaque crise  avec sa spécificité.

Par ailleurs, même en période de stabilité, l’entreprise est selon les économistes, comme une bulle, du fait de sa complicité et elle peut éclater à tout moment.

Donc,  on voit Bien que c’est un problème complexe surtout dans cette période où l’environnement économico-financière est instable.  Elle inquiète tous ses acteurs.

Dans ce contexte  où les banquent prêtent moins, les chiffres d’affaires, en baisse, les subventions en forte diminution, les consommateurs qui consomment peu,  à tout moment la société peut déposer bilan, peut licencier etc.

 En sus, cette crise n’est qu’un prétexte car demain une autre peut surgir en ayant des conséquences beaucoup plus graves.

On voit  BIEN donc toute l’importance de ce sujet que se soit aujourd’hui ou demain pour l’entreprise et ses dirigeants.

Pour la rédaction et la soutenance de ce mémoire, je me suis fixé un certain nombre de règles : je ne vais jamais rendre ce mémoire sans avoir la certitude de bien respecter la technique, la forme et le fond qui est pour moi d’essayer de répondre à la question posée.

J’ai passé des heures, parfois des nuits. J’ai sacrifié mon temps. C’est pas par hasard que cette année mes notes sont contrairement à ma première, moins bonnes mais je ne cherche nullement à me blâmer ni à me justifier.

Pour la rédaction de ce mémoire, je l’ai divisé en deux parties :

Dans la première partie, j’ai pris le temps d’appliquer à la lettre ce que j’ai appris avec M. SARR la technique : le cadre théorique et méthodologique.

Pour ce qui concerne le premier j’ai essayé de faire ressortir

  1. Problématique
  2. Objectifs de recherche
  3. Hypothèses
  4. Pertinence et intérêt du sujet
  5. Revue critique de la littérature

Et le dernier la méthodologique

  1. Cadre de l'étude
  2. Délimitation du champ de l'étude
  3. Méthodologie utilisée
  4. Difficultés rencontrées

Ensuite dans la deuxième partie

J’ai essayé d’une part de définir les concepts clés:

la crise financière et la gouvernance de l’entreprise

D’autre part J’ai essayé de montrer comment cette crise bouleverse t-elle- l’entreprise dans son ENSEMBLE d’où la nécessité pour ses acteurs à réagir.

Dans cette optique, sous forme de recommandations, nous avons mis, pour terminer, l’importance de la communication en période de crise, sa gestion  et l’atout d’un leadership inspirant.

M. le président du jury

Messieurs les membres du jury

Avant même de m’assoir ici pour soutenir, je me suis jaugé. J’ai pris du recul par rapport à mon travail.  J’ai cette certitude : j’ai fait des efforts mais j’aurai dû faire plus.

Je vous remercie de votre attention et attend avec beaucoup d’intérêts vos remarques et questions pour d’avantage éclairer ce sujet.
Lire la suite

Un jour, un destin

4 Novembre 2008 , Rédigé par Ibrahima SALL Publié dans #Biblio


"I have a dream that my four little children will one day live in nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character." Disait il y'a maintenant 40 ans.


Enfin ,ce rêve se transforme en réalité. Vous a vez raison ce rêve ne verrait jamais se concrétiser ailleurs qu'en Amérique. Même l'Europe est loin delà. C'est maintenant cette vieille Europe de regarder autrement le monde.

On voit bien avec leur politique d'immigration est d'avance un échec. Cette immigration ne doit pas être repoussée comme la Peste. Il ne faut pas avoir peur d'elle. Au contraire elle peut devenir un Atout. Un exemple concret un non français de nationalité je veux dire peut apportter plus que ce français. En le mettant devant sans regarder sa différence par rapport à nous comme une menance regardons le autrement par ses qualités seulement seulement...

C'est un jour historique dans l'histoire de la civilisation universelle; la chutte du mur racial tombe définitivement. La réconcialtion de l'homme avec soi même. On a fait un pas important, maintenant on ne doit plus régagrder dans le rétroviseur pour réveiller les vieilles blessures mais consolider cela à jamais pour les générations futures.

Mister Président vous avez du boulot

A vous de jouer et on vous jugera sur votre travail dans le deuxième mandant

Et bien pour marquer à jamais l'histoire lés défis sont immenses pour l'Amérique et le reste du monde: la pire crise financière depuis 1929, une incompréhension envers l'Islam due à des gens qui prennent pour leurs revendications cette religion de paix, une paix impossible au proche Orient, la planète en perpétuelle destruction....

C'est cette Amérique qu'on avait aimer de JFK, de Carter de Clinton et qu'on aimera maintenant avec plus de ferveur.

AMERIQUE IS BACK !!!
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8