Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans audace, sans victoire ?

Mes amis,

Vous conviendrez avec moi : la précipitation brise nos rêves durables. Une longue période sans une foie intacte nous pousse à sombrer dans un désespoir sans issue. Alors qu’on a tendance à toujours oublier, l’espoir est le meilleur allié.

Vouloir réaliser tous les projets en même temps, dans la vitesse, va générer inévitablement une courte période de bonheur.

Cherchons toujours et nous trouverons dans l’exemple des gens qui ont réussi. Ils ont su dans la douleur, dans la patience, le rejet de la violence, du renoncement, du refus de coopérer sans être libre, du patriotisme, de la croyance pour obtenir gain de cause. Et aujourd’hui, tout le monde leur admire. Mandela en est l’exemple vivant.

Inutile de le répéter chaque chose à son temps. Encore moins il ne faut jamais cesser de se remettre en questions, de travailler pour améliorer ses qualités (chaque personne est unique de ses dons venus là haut) et rectifier ses défauts (n’oublions jamais notre caractère mortel). La vie n’est pas une scène de théâtre, de même une guerre sans fin. Tout simplement la vie demande du mouvement, du changement…

Je passais mon temps à me plaindre et je continue à le faire même si en tout ce n’est pas mauvais. Car je pense accepter sans réserve une situation de bassesse, de faiblesse, de diminution, d’incompétence, d’indécision, de démission, du renoncement, de l’habitude, de lassitude, d’oisiveté etc… équivaut à la lâcheté d’un homme, sans dignité, sans courage, sans progrès à la limite un homme animal.

Vouloir toujours être parfait serait de l’utopie, une mission impossible. Ça reste quand même un idéal à encourager. Il faudrait souhaiter. L’échec ne doit pas nous sombrer dans le vide, dans le noir. Au contraire, on doit de se féliciter pour aller toujours vers la perfection. L’essentiel est de ne jamais cesser de marcher. L’idéal est d’être toujours dans le « timpo » pour tendre vers la destination. Il faut chercher à atteindre les limites naturelles pour être un surnaturel, un immortel.

Audacieusement, mes amis, provoquons, moquons, chantons, crions du bonheur à l’image de l’esclave libéré, des gens  qui veulent nous réduire dans un faux jugement avec « l’arme de l’amour », expression fétiche de Martin Luter King.

De l’audace encore de l’audace pour interpeller Obama. Voilà un type audacieux. Il a montré la voie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :