Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis que Wade a annoncé sa candidature en 2012 pour un 3e mandat, nous constatons un grand bruit inutile dans la classe politique : les constitutionnalistes d’abord puis les politiciens. Sa candidature annoncée tôt fait peur à l’opposition qui semble être un prétexte en fait pour se faire entendre.

Je ne suis pas un habitué à parler de la politique dans mon blog si et seulement si c’est l’intérêt de notre pays, mais pas les hommes. J’estime en tant que simple citoyen aspirant le développement de l’Afrique en général, du Sénégal en particulier, à l’image des pays émergents (Inde, Chine, Brésil…), le devoir de  donner mon opinion personnelle. Il n’est rien d’autre qu’une voix parmi tant d’autres  dans un débat qui ne vise qu’à sortir de cette triste situation de notre pays. L’essentiel de ce débat tourne au tour de la démocratie.

En 2000, le Sénégal a montré l’exemple que Oui ! la démocratie est possible. On a organisé des élections libres et transparentes. La majorité de la population a opté pour l’alternance après 40 ans de règne sans partage des socialistes. Abdou Diouf symboliquement a accepté sa défaite après la victoire incontestable et historique de son adversaire politique Me Abdoulaye Wade. Malgré quelques parenthèses douloureuses, le Sénégal a été toujours cité comme exemple de démocratie en Afrique et il l’a confirmé grâce à la sagesse de Diouf, peut être heureux d’en finir  après une certaine amertume contre ses lieutenants, l’histoire nous le dira certainement.


En 2001, Wade malin et animal politique qui connait bien les sénégalais et ceux qui les animent pour les avoir côtoyer pendant ¼ de siècle dans les coins et recoins du Sénégal, l’euphorie de l’alternance, a donné un cadeau empoisonné, à ce pays, la constitution par référendum. Les gens ne pouvaient en ce moment précis de l’histoire  que se prononçaient sur le Oui. Le PS seul grand parti  mort, l’opposition est inexistante.

A son initial, la constitution rédigée par des spécialistes, dans l’ensemble, était bien accueillie, sans une critique majeure. En effet, elle était un enseignement des erreurs du passé. Même si tout le monde ne l’approuvait aussi surtout de la part des intellectuels sur certains points comme la laïcité.  Il y’avait du positif : droit à la marche, liberté de presse, limitation du mandat présidentiel à 2 d’une durée de 5 ans etc.

En 2010, Wade et son régime ont modifié plusieurs fois la constitution en regardant que leurs intérêts pour s’accrocher au pouvoir. Comme à son habitude Wade surprend tout le monde en annonçant  sa candidature en 2012  pour un 3e mandat. L’opposition comme un seul homme cri au scandale pour saisir la cour constitutionnelle. Selon elle, Wade est exclu de ses élections. Ce qui est vrai. Elle pense que la constitution l’interdise. Son camp saute sur l’occasion comme des bêtes sauvages en argumentant un débat mal saint, une peur bleue de la part de l’opposition.

Je vais étonner en tant que militant social-démocrate  donc naturellement de l’opposition pour donner raison aux libéraux. A son âge, les dérives de sa gouvernance pendant ses 10 longues et douloureuses années  pour le peuple sénégalais, Wade continue encore à faire trembler ses adversaires.  Le fond du problème en est que nous avons  une opposition qui ne sait pas opposée. Depuis 10 ans jamais on leur a senti être la voix du peuple face aux dérives de l’alternance. Cette étiquette  qu’on leur colle semble être une réalité. La politique ne se fait pas dans les salons. Moi je vois une bande de vieux en grande parti traditionnellement du PS qui n’ont jamais connus la dureté et l’habileté de l’opposition. Ma plus grande désolation est l’obstacle que représente Ousmane Tanor Dieng dans ce grand parti de Senghor, Lamine Gueye, Abdou Diouf. Tel un dictateur entouré de ses petits chiens pour empêcher toute restructuration, tout renouvellement, toute révolution au sein du PS comme à l’image du parti socialiste français avec ses vieux qui semblent s’éterniser. Vu son passé, Tanor sera difficilement président c’est une certitude. Il serait sage de sa part de donner la chance aux jeunes compétents (khalifa Sall par exemple) ou aux femmes (Aminat Mbingue Ndiaye, Aminata Tall Sall), qu’il organise des primaires  comme cela se fait aux Etats unis ou en France. MacCain, Terry, Ségolene, des gens qui ont qui ont perdu une campagne présidentielle doivent donner la chance aux autres.  C’est ça la logique. Ne me dit pas le Sénégal n’est pas la France ou les USA. Le Sénégal c’est une grande démocratie y a pas de doute à ça. Il suffit juste de corriger cela au fuir et à mesure de l’histoire cette jeune démocratie.

Pour revenir à l’opposition, elle ne pourra jamais battre Wade sans le PS encore que Tanor ne sera son candidat. Si Wade se présente même si c’est illégitime au regard de la constitution, elle doit plutôt saisir cette chance car le peuple  lui a tourné le dos. Mais pour cela y a une condition, elle a besoin d’un homme ou d’une femme charismatique. En rang dispersé, malgré l’impopularité de Wade, elle ne gagnera jamais. Mieux vaut réfléchir maintenant sur un candidat unique en son sein, adopter une stratégie pour la conquête du pouvoir et la construction du pays dans un programme cohérent, efficace et efficient. Les sénégalais sont fatigués par la manière dont les politiques se détournent de leurs intérêts. Il s’agit avant tout du peuple qu’on milite, qu’on s’engage pour construire cette nation, lui permettre de prospérer. Moralisez un peu la politique.

En annonçant tôt sa candidature, Wade veut jouer avec l’opposition pour le détourner de ses objectifs. Macky Sall qui n’est pas totalement de notre côté, on le conseille de méditer l’exemple de Idrissa Seck en 2007. S’il rejoint sa famille, il perdra toute sa crédibilité. Il perdra s’il rejoint le PDS et gagnera en étant le 3e homme qui peut faire la différence  au 2e tour par exemple.

Wade doit essayer de sauver son fils plutôt que de nous imposer  comme cela se faisait au temps des royaumes. C’est fini. This game is over.  S’il veut être président, Karim a les pleins droits de se présenter devant les sénégalais, mais on acceptera jamais par procuration. A cette occasion aussi, il devrait se répondre devant tous les scandales dont il est mêlé depuis qu’il travaille à côté de son père président.

Je terminerais en disant Sarkosy en France, Merkel en Allemagne, Obama aux USA, la politique n’appartient plus aux vieux, les femmes, les jeunes pour apporter du renouveau, on cherche une nouvelle alternative. Trois grands partis au Sénégal suffisent largement, pour la gagner la confiance de leurs militants et largement  des sénégalais.

Que Dieu bénisse le Sénégal, l’Afrique, le Monde.

Tag(s) : #Réflexion

Partager cet article

Repost 0