Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble, agissons autrement pour le monde rural

L'autre jour, je voulais évoquer seulement le coté merveilleux du Baol. Au fond et après lecture, je me suis rendu compte de l’oubli, du fait de la précipitation certainement, d’un certain nombre d’informations importantes comme la structure sociétale. Je vous promet ce n'est qu'une partie remise.


Aujourd’hui, il est temps d’évoquer un sujet qui fâche dont personne n'ignore son existence et malheureusement relater par des discours démagogiques des politiciens: il s'agit de l'exode rural.

Que constate-t-on aujourd’hui dans le monde rural ? C’est l’exode massif vers les villes et particulièrement vers Dakar. En effet, il rencontre un problème majeur.Depuis quelques années, il est confontré à une faible pluviométrie qui a des répercussions sur la rentabilité des récoltes, et avec le peu de récoltes, un autre problème s'y ajoute. On constate que ces populations subissent une grande mafia de la part des opérateurs économiques qui achètent leurs récoltes à crédit et à des prix très bas, avec la complexité de l’Etat. Non seulement, le prix des récoltes ne correspond pas à la réalité du marché, en plus le paiement n’est pas au comptant.  En donnant leurs récoltes, elles reçoivent des « bons » dont la durée de paiement est si longue que le cultivateur souffre avant de voir la couleur de l’argent. Cette longue attente correspond à une longue souffrance. Alors, elles sont obligées de recourir à d’autres moyens pour survivre. Ce qui explique la grande vague de l’exode rural. Au village, seuls les femmes, les vieux et les enfants restent  avec leur courage « Diome ».

Avec le régime socialiste, sans faire de la politique, c'est juste un constat, le monde paysan était bien traité cela depuis Senghor. Ce n’est pas au hasard qu’à chaque fois le P.S a remporté les élections dans ces zones. Malgré les bonnes intentions de moderniser l’Agriculture du gouvernement libéral (bassins de rétention, pluies artificielles, changement des cultures traditionnelles comme le sésame, le mais), ces populations ne voient guère leurs situations s’améliorer. Pire, elles sont menacées par la colonisation des terres avec encore une fois la complexité de l’Etat. On donne des terres aux chinois moyennant quelques chèques sous table  qui devaient être reversés à ce monde rural qui en n’a bien besoin. Cette contrepartie va subir une grande corruption de la part de nos dirigeants. On donne leur terre aux chinois et leur explique par les bonnes paroles de se débrouiller. Si les terres ne sont pas cultivées par les paysans cherchons les causes justes ; Jamais, on ne leur a donné pas les moyens et la connaissance. C’est bien beau ces discours. Mais on voit toute la contradiction à l’image des sommes faramineuses pour leur « Folklore ». Ce gaspillage pouvait servir à acheter des tracteurs pour les communautés rurales. Les « Caisses noires » du Président de la République et du Président de l’Assemblée Nationale peuvent servir à moderniser l’Agriculture. Les solutions sont immenses comme le sont les dérives de nos  dirigeants. Si le monde rural arrive à une autosuffisance alimentaire cela équivaut à régler définitive l’exode par conséquent tous les problèmes des villes principalement Dakar. Dakar n’est pas le Sénégal, c’est aussi le monde rural, l’intérieur du Sénégal.

Apolitique, je suis tout simplement en compatit avec le peuple oublié qui ne cri pas sa souffrance. Le brave ne crie pas car sa dignité ne lui permet pas.

Cultures-Cultivations.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :