Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour,

Tout d’abord, j’espère tu es bien arrivée à l’internat. La fatigue du voyage notamment la chaleur n’a pas pu secoué la tranquillité de ton être.

Tu m’as paru si fragile au point j’avais envie de faire le voyage ensemble jusqu’à ta destination. Et au moment de s’assurer tout va bien, je pourrais en toute tranquillité prendre le chemin du retour.

Le jour où on s’est croisé, je t’ai paru si étrange peut être, cela s’explique à mes yeux d’un être tant recherché.

Dans mes moments de solitude, ton image me revenait sans cesse. L’espoir était si fort que je n’ai jamais cru ton existence réduite dans mes rêves, un peu exagérée de ma part.

Pourtant  hier, j’étais ému de t’attendre encore revenir après des mois de séparation pour me souffler avec ta voix d’or ses doux mots : « j’ai gardé toujours en moi le papier » où j’avais écris tout naturellement cette citation sous forme de conseils formulés à l’enfant que tu étais, et qui s’apprêtais à quitter momentanément sa famille, ses amis pour aller à l’intérieur du pays avec la chaleur, la solitude, l’apprentissage régit par des obligations inhabituelles mais nécessaires.

En voyant ce visage triste mais pas désespéré, fier de faire ce pèlerinage, j’ai senti en toi une forte ambition, quelqu’un qui ne manque pas de regrets pour aller dans cette grande école de la vie. Et que cette citation, pour moi, en ce moment précis, était destinée uniquement à toi. Je t’ai donné le bout de papier avec une écriture appuyée tellement j’ai su pesé mot à mot la citation de cet auteur inconnu.

« Dans un monde de compétition, il est urgent de courir vite et bien dans la meilleure des directions. »

Tu as appliqué BB Rose à la lettre cette citation, pseudo affectueux  de tes ami(e) s, comme tu me l’as dit,.

A mon retour, avant ton départ au village, mon petit frère m’en a informé. Aussitôt avec la fatigue, la faim, le soleil, je me suis mis en route sans se soucier de TOUT CELA. Je ne me pardonnerais jamais sans te voir. En avançant vers  le bus (ce jour, j’étais chanceux, il y’avait un petit retard dû à une panne) avec mes yeux largement ouverts pour espérer te voir. Tu étais au fond endormi peut être avec l’impatience pour le départ.

Tu n’as pas hésité une seule fois en me reconnaissant à descendre précipitamment dans le bus.

Là la discussion était intense. Il y’a eu des choses inexplicables. Je ne savais jusqu’à hier des individus pouvaient partager autant de valeurs dans un si peu de temps avec toutes nos différences.

Aller, je te souhaite une bonne rentrée scolaire,

Tout le temps nécessaire pour te revoir

Amicalement.

Tag(s) : #Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0