Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cher camarade de classe,  frère africain,

J’ai su aujourd’hui grâce à notre discussion de l’intérêt que tu portes sur ce modeste blog. Je commettrais une double erreur à me vanter ou à me minimisant. Car au fond (je me lis tous les jours), je m’aperçois des lacunes grammaticales, vocabulaires. Je l’affirme sans honte je ne maîtrise pas cette belle langue : le français qui n’est pas d’ailleurs  la mienne. Je ne fais qu’à travers le peu acquis à l’école, ma documentation personnelle pour exprimer le mieux mes sentiments, mes idées. L’honnêteté en soi m’oblige à refléter ceux-ci de la manière la plus fidèle possible. C’est pourquoi mon écriture traduit de la violence parfois, de l’engagement, du compromis, de la solitude, du bonheur en tout cas recherché. Je ne cherche nullement à plaire tout le monde. Comme disait l’autre sinon mieux vaut être invisible.

Tout ce que j’écris est mon point de vue qui n’est jamais exempté de critique. Les critiques sont toujours  les bienvenues. C’est dans la contradiction que j’aillerai la lumière, la vérité. Il n’y a jamais une vérité mais des   vérités qui elles mêmes se repoussent, s’alimentent et se rejoignent devant l'essentiel.

D’ici 30 ans probablement, comme tu me l’as toujours conseillé, j’écrirais un livre. Mais avant, je me concentrais à soigner mon grammaire, mon vocabulaire. Cela sera le puzzle de mon vécu, mes peines, mes joies. Personne ne peut mieux que moi être dans ma peau.

Moi à mon tour, je te demande une faveur Frank de faire la politique pour changer les choses. Tu as le latent, la motivation qui se voit dans tes yeux quand tu parles. L’Afrique a besoin des gens comme vous contrairement à nos vieux politiciens qui sont complètements passés à coté de l’histoire.

Tag(s) : #Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0